La production de neige artificielle détériorerait l’eau des Alpes

Le 23 avril 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Intervenant lors du rendez-vous annuel de l'European geosciences union (EGU), à Vienne, la semaine du 16 avril, la chercheure Carmen de Jong a estimé que créer de la neige artificielle toute la journée et tout au long de la saison de ski était «irresponsable pour notre climat, surtout à une telle échelle». La chercheure allemande de l'Institut de la montagne, à Chambéry, indique que l'utilisation de la neige dite «de culture» dégrade les réserves d'eau, modifie le cycle hydrique et menace les écosystèmes fragiles.

Selon Reuters, la neige artificielle est utilisée sur une surface de 23.800 hectares qui représentent 30% des pistes de ski des Alpes. Les stations d'Allemagne, Autriche, France, Italie, Slovénie et Suisse produisent 95 millions de mètres cubes de neige, l'équivalent de la consommation annuelle d'eau d'une ville de 1,5 million de personnes.

Or d'après Carmen de Jong, en gardant l'eau dans des réservoirs au lieu de la laisser rejoindre les eaux souterraines, et en produisant de la neige dans des canons, un tiers de la masse aqueuse s'évapore, formant des nuages qui voyagent au-delà des Alpes.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus