La prime à l’effacement n’enthousiasme pas la CRE

Le 22 janvier 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Avec l'effacement, les industriels se font rémunérer leur arrêt de soutirage.
Avec l'effacement, les industriels se font rémunérer leur arrêt de soutirage.
DR

La rémunération de l’effacement sera-t-elle la prochaine cause d’explosion de la contribution au service public de l'électricité (CSPE)? C’est la crainte exprimée par la commission de régulation de l’énergie (CRE) dans son avis sur le projet d'arrêté fixant le montant de la prime versée aux opérateurs d'effacement, publié ce jeudi 22 janvier par le Journal officiel.

Le régulateur des marchés français estime, comme l’avait fait en décembre 2013 l’Autorité de la concurrence, que l’arrêté, également publié ce 22 janvier, risque de contribuer à l’inflation de la CSPE.

«La CRE avait ainsi évalué dans son document d'analyse de juillet 2013 que l'impact total d'une prime d'une trentaine d'euros par mégawattheure sur la CSPE, sur 10 ans, serait de l'ordre de 0,5 milliard d'euros dans l'hypothèse d'une croissance annuelle de la capacité d'effacement de 750 mégawatts sur les sites de consommation ayant une puissance souscrite inférieure ou égale à 36 kilovoltampères», souligne-t-elle.

Notamment pour cette raison, le gendarme des marchés de l’énergie a émis un avis défavorable au projet de texte. Un avis qui n’a pas été entendu par le gouvernement.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus