La présence d’aldéhydes dans l’air aggrave l’asthme

Le 13 mars 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une étude cas-témoin menée par Frédéric De Blay, des hôpitaux universitaires de Strasbourg, et publiée sur le site du ministère chargé de l'environnement, souligne la contribution d'une exposition aux aldéhydes à l'apparition de cas d'asthme (1). Le formaldéhyde, l'hexanal et le propionaldéhyde ont été les principaux aldéhydes mesurés dans le panel de logements considérés. L'étude montre que les concentrations chez les patients asthmatiques et chez les autres étaient semblables, voisines de 32 microgrammes par mètre cube (µg/m3).

Parmi les asthmatiques, ceux exposés à des teneurs plus élevées en formaldéhyde développaient un asthme plus grave. Il est par ailleurs apparu qu'un test d'exposition à 100 µg/m3 de formaldéhyde, d'une durée de 30 minutes et réalisé sur 19 sujets asthmatiques avant une provocation bronchique aux allergènes d'acariens, contribue à l'aggravation de la réponse bronchique, qu'elle soit immédiate ou tardive.

Dans leur rapport, les auteurs appellent à la mise en place d'une réglementation sur l'utilisation de produits contenant du formaldéhyde dans les lieux publics d'enseignement et sur les lieux de travail. De plus, selon eux, «pour diminuer l'exposition au formaldéhyde tant en milieu domestique que professionnel, il conviendrait d'astreindre les fabricants à donner les informations sur les émissions de formaldéhyde de leurs produits».



(1) Rapport final ARP 2002 Primequal 2, Exposition aux aldéhydes dans l'air: rôle dans l'asthme




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus