La PPE corse est de sortie

Le 21 décembre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'actuelle centrale au fioul lourd du Vazzio laissera la place à une centrale au fioul léger puis au gaz.
L'actuelle centrale au fioul lourd du Vazzio laissera la place à une centrale au fioul léger puis au gaz.
EDF

Alors que les débats se poursuivent sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), son pendant corse a été publié au Journal officiel du 20 décembre.

Sans surprise, le décret du 18 décembre «établit les priorités d'action pour toutes les énergies du point de vue de la maîtrise de la demande, de la diversification des sources, de la sécurité d'approvisionnement, du développement du stockage et des réseaux». Il couvre les périodes 2016-2018 et 2019-2023.

+27% d’ENR électriques

Côté énergies renouvelables électriques, les objectifs, en termes de puissance installée, sont relativement modestes. D’ici à 2023, le parc renouvelable corse grossira de 93 mégawatts, en hausse de 27% par rapport à 2015. La moitié de ces nouvelles capacités seront solaires (photovoltaïques et thermodynamiques). Pour sécuriser l’approvisionnement en électricité, le plan prévoit la modernisation et le doublement de la station de conversion du câble Sacoi (Sardaigne-Corse-Italie), qui passera ainsi à 100 MW.

En 2023, la Corse devra aussi augmenter de 130 gigawattheures par an sa production de chaud et de froid d’origine renouvelable, grâce aux réseaux de chaleur de Corte, de Bastia et de Lucciana, et au réseau d’eau refroidie par la mer d’Ajaccio. L’ile de Beauté va aussi accroître l’usage du bois énergie, développer le solaire thermique (+20 GWh) ainsi que les pompes à chaleur air-air (+60 GWh).

Un gazoduc sans gaz?

Réalisée dans le cadre de la loi sur la transition énergétique et de sa stratégie bas carbone, la PPE corse n’oublie pas les énergies fossiles. Quatre ans après son abandon par GRTGaz, la programmation prévoit toujours la construction du gazoduc Cyrénée entre Lucciana et Ajaccio. Raccordée à une hypothétique plate-forme de regazéification et de stockage de gaz naturel liquéfié ancrée au large de Lucciana, cette conduite devra alimenter une centrale à cycle combiné de 250 MWe, qui devra être construite au Vazzio, dans l’agglomération d’Ajaccio. Vu l’incertitude pesant sur le projet de terminal de regazéification, la centrale ajaccienne consommera d’abord du fioul léger, avant -peut-être- de passer au gaz.

Rénovation à tous crins

Un milliard d’euros seront consacrés à un important programme régional de rénovation énergétique du bâtiment. Le plan prévoit 3.000 opérations de rénovation énergétique de bâtiments par an et 4.000 rénovations de logements individuels par an, outre la rénovation de l’éclairage public de l’île. Très ambitieux.

Bien qu’ils soient à l’origine de plus de 40% de la demande d’énergie primaire, la PPE s’intéresse peu aux transports. Elle prévoit seulement l’installation de 700 bornes de recharge de véhicules électriques qui devront être alimentées en électricité verte à partir de 2023.

Au total, la mise en œuvre de la PPE nécessitera plus de 3 Md€ d’investissements, dont 1,5 pour la construction du gazoduc et de la centrale du Vazzio, un milliard pour le programme de rénovation des bâtiments et 500 millions pour le développement des énergies renouvelables. Environ 200 millions seront affectés aux «transports et déplacements propres».

 Selon les estimations de l’Etat, la réalisation du plan de rénovation énergétique pourrait créer jusqu’à 3.900 emplois dans le secteur local du bâtiment. Ce qui devrait accroître d’un bon tiers les effectifs de salariés des entreprises du BTP corse.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus