La pollution, responsable d’un décès sur 6 dans le monde

Le 20 octobre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La pollution de l'air, fléau mondial.
La pollution de l'air, fléau mondial.
DR

L’air, l’eau et les sols contaminés tuent chaque année plus d’êtres humains que l’obésité, l’alcool, les accidents de la route, la malnutrition infantile et maternelle et une alimentation trop riche en sel réunis. Une contamination généralisée qui coûte 6,2% de la richesse mondiale, et frappe principalement les pays pauvres.

A chaque nouvelle étude, les chiffres augmentent et les réactions de stupéfaction se multiplient. Mais les causes, elles, ne changent pas. Après 2 années de travail, mené par une commission associant la revue médicale britannique, plusieurs organismes internationaux, des ONG et une quarantaine de chercheurs spécialisés dans les questions de santé et d'environnement, un rapport publié dans la revue The Lancet  estime qu’un décès sur six survenu dans le monde en 2015 était lié à la pollution. Autrement dit, 16% de l’ensemble des décès dans le monde sont en lien avec des contaminations chimiques. Un bilan qui représente «trois fois plus de morts que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis, et 15 fois plus que ceux causés par les guerres et toutes les autres formes de violence», écrivent ses auteurs, qui alertent également sur le risque de sous-estimation de ces chiffres. «De nombreux polluants chimiques émergents restent encore à identifier».

L’air pollué, tueur mondial

La pollution de l'air (extérieur comme intérieur) est responsable à elle seule de 6,5 millions de décès chaque année, principalement à travers des maladies non transmissibles comme les maladies cardiaques, les AVC, le cancer du poumon et la broncho-pneumopathie chronique obstructive. Des chiffres qui recoupent ceux publiés en mai 2016 par l’organisation mondiale de la santé (OMS). L'eau polluée serait la cause de 1,8 million de décès, via par exemple un mauvais assainissement ou la contamination des sources, qui engendrent maladies gastro-intestinales et infections parasitaires. La pollution sur le lieu de travail causerait environ 800.000 décès, via l'exposition à des substances toxiques ou cancérigènes.

Pays en développement touchés

Cette hécatombe touche en premier lieu «les populations pauvres et vulnérables», note le rapport, puisque 92% de ces décès surviennent dans des pays à revenu faible ou moyen et, dans chaque pays, concernent davantage les minorités et les populations marginalisées. Dans les pays en voie d'industrialisation rapide comme l'Inde, le Pakistan, la Chine, Madagascar ou le Kenya, jusqu'à un décès sur quatre pourrait être lié à la pollution. Ces millions de vies écourtées ont un coût, pour les pays concernés: plus de 4.600 milliards de dollars chaque année, soit l'équivalent de 6,2% de la richesse économique mondiale. La pollution, corollaire inévitable du développement économique? Non, répond la revue médicale, qui appelle à «s'attaquer d'urgence à la situation» et aux Etats à prendre conscience de ce fléau.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus