- 

La pollution parisienne provoquerait des bronchiolites sévères

Le 10 mars 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les auteurs d'une étude française publiée en janvier dans Environmental research (1) ont évalué la possibilité d'un lien entre des visites d'urgence à l'hôpital pour des cas de bronchiolite, et la pollution de l'air dans la région parisienne durant 4 hivers. Ces maladies respiratoires touchent essentiellement les nourrissons et les jeunes enfants.

L'étude s'est intéressée à des enfants de moins de trois ans, venus en consultation d'urgence ou hospitalisés entre 1997 et 2001 dans 34 hôpitaux de Paris et sa banlieue. Grâce à une méthode statistique, la pollution aux particules fines de diamètre inférieur à 10 micromètres (PM-10), dioxyde de soufre (SO2), fumées noires et dioxyde d'azote (NO2) a été associée au nombre de consultations et d'hospitalisations pour cause de bronchiolite.

Les auteurs de l'étude estiment que la pollution de l'air est susceptible d'entraîner des cas graves de cette maladie chez les enfants, mais ils soulignent également que ce résultat doit être étayé par des études cas-témoins.



(1) «Winter air pollution and infant bronchiolitis in Paris», C. Ségala et al., Environmental research, volume 106, janvier 2008, p.96-100




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus