La pollution de l’air, priorité accrue de l’OMS

Le 28 mai 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La santé environnementale mieux prise en compte?
La santé environnementale mieux prise en compte?

Lors de sa 68ème assemblée qui s’est terminée mardi 26 mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié une résolution afin de lutter contre les effets sanitaires de la pollution de l’air. Une première pour l’organisme onusien, qui prévoit d’aller d’accroître son action sur le sujet.

Avec 4,3 millions de morts par an du fait de la pollution de l’air intérieur et 3,7 millions en raison de la pollution atmosphérique, il était temps que l’Assemblée mondiale de la santé, grand raout annuel de l’OMS, débatte enfin du sujet. C’est chose faite, avec la résolution publiée au terme de cette 68ème édition, qui s’est tenue du 18 au 26 mai à son siège genevois.

Onusien sur la forme comme sur le fond, le document regorge certes d’«actions ciblées et multisectorielles», de «transferts de connaissance» et autres «outils de soutien». Il n’en révèle pas moins la volonté de suivre le sujet de plus près, et de l’imposer comme une priorité à ses Etats-membres.

«Il s’agit notamment de renforcer les moyens [de l’OMS] pour faire appliquer [ses] lignes directrices relatives à la qualité de l’air et à la qualité de l’air intérieur, mener une analyse coûts/avantages des mesures d’atténuation, et faire progresser la recherche sur les effets de la pollution de l’air sur la santé et l’efficacité des dispositifs», explique l’organisation.

Une feuille de route en 2016

Le sujet sera de nouveau abordé lors de la 69ème assemblée mondiale, en 2016, au cours de laquelle sera présentée une «feuille de route pour une meilleure réponse mondiale» au problème, ajoute l’OMS.

Pour l’association HEAL, cette résolution «constitue une étape importante pour améliorer la santé des personnes souffrant de maladies liées à une faible qualité de l’air, notamment respiratoires, cardiovasculaires et cancéreuses. Elle permettra à l’OMS de renforcer ses capacités de manière considérable et aux ministres de la santé de redoubler d’efforts [à ce sujet]».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus