- 

La pollution de l’air, première cause mondiale de mortalité

Le 18 mai 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plus de 11,6% des décès à travers le monde, sont imputables à la pollution de l’air.
Plus de 11,6% des décès à travers le monde, sont imputables à la pollution de l’air.

Responsable de 11,6% des décès à travers le monde, la pollution de l’air (intérieur ou atmosphérique) constitue l’une des principales causes de mortalité. Si ce n’est la première, loin devant les grandes maladies transmissibles, révèle un rapport publié mercredi 17 mai par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).


Compilant des données déjà publiées, ce rapport, intitulé «World Health Statistics 2017», confirme un peu plus l’importance de la pollution de l’air comme facteur de mortalité à travers le monde. Selon des données 2012, la pollution de l’air intérieur fait ainsi 4,3 millions de morts par an, la pollution atmosphérique 3 millions de morts. Pour un total de 6,5 millions de morts (les deux chiffres se recoupent en partie), soit 11,6% des morts à travers le monde en 2012.

La pollution est donc un facteur important de maladies non transmissibles, elles-mêmes les plus fréquentes causes de mortalité: en 2015, l’OMS estime que ces maladies multifactorielles ont fait  40 millions de morts à travers le monde. Parmi les principales, les maladies cardiovasculaires (17,7 millions de morts), le cancer (8,8 millions), les maladies respiratoires (3,9 millions) et le diabète (1,6 million).

Devant les maladies infectieuses

Ces maladies non transmissibles arrivent loin devant les maladies infectieuses, dont le poids diminue depuis le début des années 2000 –grâce à un meilleur accès au traitement dans les pays du Sud. En 2015, la tuberculose a tout de même fait 1,4 million de morts (dont 0,4 million de personnes infectées par le VIH, particulièrement sensibles aux infections), les hépatites virales 1,3 million de morts, le VIH/sida 1,1 million de morts et le paludisme 429.000 morts.

Parmi les autres décès d’origine environnementale, l’OMS évoque le manque d’accès à l’eau, aux toilettes et à l’hygiène (871.000 morts en 2012), et les intoxications accidentelles (pesticides, produits chimiques du quotidien, monoxyde de carbone) avec 108.000 morts en 2015.

Sans surprise, ce sont les pays du Sud qui paient le tribut le plus lourd en termes de santé environnementale: au-dessus de la moyenne mondiale, le Pacifique occidental (dont la Chine) et l’Asie du Sud-Est arrivent premiers pour la pollution de l’air, l’Afrique et l’Asie du Sud-Est pour les problèmes  d’accès à l’eau, tandis que l’Afrique fait largement course en tête pour les intoxications accidentelles.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus