La pollution de l’air hausse le risque de retard mental

Le 26 avril 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Selon une équipe de chercheurs de l’université de Columbia, l’exposition prénatale aux polluants atmosphériques a des effets sur le développement de l’enfant. «Des études précédentes ont montré que les polluants peuvent réduire la croissance fœtale (qu’il s’agisse de la masse ou de la circonférence de la tête à la naissance), mais cette étude, qui examine le même groupe d’enfants à l’âge de 3 ans, est la première à révéler que ces polluants peuvent aussi affecter le développement cognitif durant l’enfance», explique un communiqué. L’analyse de tests de développement mental de 183 enfants habitant dans certains quartiers de New York (Washington Heights, Central Harlem, et South Bronx) a permis d’associer l’exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) à des troubles du langage, de lecture, et un retard en mathématiques. L’article est paru dans la revue Environmental health perspectives et il est disponible en ligne.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus