La pollution à l’origine de malformations chez les nouveau-nés chinois?

Le 21 octobre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

En Chine, le nombre de décès de nourrissons en raison de malformations congénitales ne cesse d’augmenter. Si, en 2010, le taux de mortalité infantile s’élevait à 1,3%, les malformations congénitales ont compté pour 20 à 30% des décès.

Ainsi, dans l’Empire du milieu, chaque année entre 800.000 et 1,2 million d’enfants naissent avec une malformation congénitale, ce qui représente 5% du total des naissances. A titre de comparaison, en 2009 aux Etats-Unis, seuls 0,68% des nouveaux-nés en étaient atteints.

Les zones rurales chinoises seraient les plus touchées par ce phénomène à la fois en raison de facteurs génétiques mais aussi environnementaux, la faiblesse des apports nutritionnels et un manque de protection individuelle.

Les scientifiques suspectent la pollution environnementale d’en être une des causes majeures. Des chercheurs de l’université d’Austin au Texas, en collaboration avec leurs homologues de l’université de Pékin, ont donc décidé d’analyser les teneurs en pesticides, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et autres polluants dans le placenta de femmes ayant donné naissance à des enfants malformés.

L’étude publiée en août, dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences puis reprise le 19 octobre dernier dans la revue Science Daily, a étémenée dans la province de Shanxi, au nord de la Chine.

Les médecins ont travaillé avec les services de santé de 4 cantons de cette province. Ils ont prélevé le placenta de 80 femmes ayant donné naissance à des bébés souffrant de spina bifida, une forme particulière de malformation du tube neural, ou des bébés atteints par une anencéphalie, c’est-à-dire une absence totale ou partielle du cerveau. Puis ils ont comparé les résultats à 50 cas de contrôle, c’est-à-dire à des femmes ayant donné naissance à des enfants sains.

Les scientifiques ont systématiquement recherché tous les polluants organiques persistants, soit un large spectre de molécules chimiques. Il s’agit de produits aussi variés que: des pesticides agricoles, des solvants industriels, des sous-produits de la combustion de carburant (pétrole ou charbon).

Deux pesticides, l’endosulfane et le lindane, ont été détectés à de fortes concentrations dans le placenta de ces femmes. Les deux molécules sont maintenant interdites dans de nombreux pays mais pas en Chine. Ils ont également observé un lien étroit entre de fortes concentrations en HAP et des cas de spina bifida. Dans cette région de Chine, le charbon est exploité et utilisé pour le chauffage des maisons. Dans ces habitations où l’on cuisine au charbon, la qualité de l’air est très mauvaise et ce n’est pas sans conséquence sur le développement embryonnaire du fœtus.

Ainsi, les scientifiques américains et chinois ont réussi à montrer que le risque de malformations du système nerveux central des fœtus augmentait de 450% lorsque les femmes enceintes étaient exposées de manière chroniques à des polluants tels que les HAP.

L’étude établit donc un lien entre pollution environnementale et malformations du système nerveux central. Reste à comprendre les mécanismes en cause dans ces dégénérescences cellulaires chez le fœtus…

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus