La pluie a rempli les nappes phréatiques

Le 24 avril 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Etat des nappes au 1er avril 2013. En bleu foncé : très supérieur à la normale. En bleu turquoise : supérieur à la normale. En vert : normal. En jaune : inférieur à la normale.
Etat des nappes au 1er avril 2013. En bleu foncé : très supérieur à la normale. En bleu turquoise : supérieur à la normale. En vert : normal. En jaune : inférieur à la normale.

Les signaux ont enfin quitté le rouge. Après avoir connu une situation critique lors de l’hiver 2011/2012, la grande majorité des nappes phréatiques (89%) affichent, au 1er avril 2013, un niveau normal voire supérieur à la normale, annonce ce 24 avril le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Seuls 8% des aquifères ont des niveaux inférieurs et 3% très inférieurs.

Au niveau du territoire, les niveaux les plus importants ont été observés dans l’Est de la France, le Bassin parisien, le Bassin aquitain et l’ensemble du Sud-Est.

Parmi les nappes qui présentent une situation favorable, le BRGM cite les nappes alluviales côtières du Var et des Alpes-Maritimes, les nappes corses, des calcaires jurassiques du Berry, des calcaires du Sud de la Vendée, du bassin Adour-Garonne ainsi que les aquifères karstiques des régions de Montpellier et de Nîmes (cf carte).

Selon Nathalie Dörfliger, directrice Eau, Environnement et Écotechnologies du BRGM, la recharge hivernale des nappes a été facilitée par des précipitations abondantes et des épisodes neigeux.

En ce début de printemps, la tendance reste à la hausse pour 39% des nappes, en raison d’une pluviométrie supérieure de 25% à la moyenne en mars, tandis que 28% des nappes s’orientent vers un niveau stable par rapport à février, et que 33% ont entamé leur décharge.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus