La planète améliore son efficacité énergétique trop lentement

Le 11 octobre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Si les automobilistes se dotaient de véhicules propres, la demande de pétrole chuterait de de 4 MB/jour.
Si les automobilistes se dotaient de véhicules propres, la demande de pétrole chuterait de de 4 MB/jour.
Renault

Les progrès restent insuffisants à l’aune de l’Accord de Paris.

Découpler la production de biens ou de richesses de la consommation d’énergie. Tel est le rêve caressé par les économistes et les climatologues. Cette amélioration de l’intensité énergétique reprend des couleurs. Dans un rapport publié lundi 10 octobre, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que, globalement, les économies du monde ont amélioré l’an passé leur performance énergétique de 1,8%. Mieux qu’en 2014: +1,5%. Et beaucoup mieux que durant la dernière décennie: +0,6% par an, en moyenne.

Portées par les résultats du plan quinquennal chinois (+5,6% entre 2014 et 2015), les performances des pays émergents et en développement caracolent devant celles des pays les plus industrialisés: +2,5% par an contre 2% pour les 29 pays membres de l’AIE.

540 milliards de dollars d’économie par an

En chiffres, ces petits 2% représentent tout de même une économie d’énergie de 450 millions de tonnes équivalent pétrole (6 fois la consommation française) et un allègement du montant de la facture énergétique annuelle de 540 milliards de dollars (487,6 Md€). Pas mal, donc.

Mais terriblement insuffisant. L’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris nécessite que les pays émergents améliorent, en moyenne, de 3,7% par an leur intensité énergétique, contre 2,2% pour les pays de l’OCDE.

Renforcer les politiques publiques

Ceci impose, martèle l’AIE, de renforcer les politiques publiques en la matière. En 2015, seule 15% de la consommation finale mondiale était encadrée par des politiques d’économie d’énergie et d’amélioration de l’efficacité. D’autant que les gains sont rapides.

Equipés des appareils électroménagers les plus sobres, les logements pourraient réduire de 14% leur consommation énergétique.  Sur les routes, la généralisation des meilleures technologies disponibles pourrait alléger de 2 millions de barils de pétrole par jour la demande mondiale de carburants. Suffisamment pour alimenter les réservoirs canadiens.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus