La pêche illicite au vu de tous

Le 14 novembre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'activité des navires de pêche quasiment en temps réel
L'activité des navires de pêche quasiment en temps réel

Fruit d’une collaboration entre Oceana, Google et SkyTruth, le site Global Fishing Watch (GFW) permettra bientôt de visualiser, quasiment en temps réel, les activités de pêche à travers le monde. Pour l’heure à l’état de prototype, cet outil s’avère déjà précieux pour cibler la lutte contre la pêche illicite dans les zones les plus vulnérables.

 

Présenté officiellement le 13 novembre[1], GFW exploitera les données du système d’identification automatique (AIS), utilisé par plus de 111.000 chalutiers dans le monde. Ce boîtier est obligatoire depuis juillet 2007 à bord des navires jaugeant plus de 300 tonneaux. La version bêta actuellement mise en ligne permet de suivre les mouvements de seulement 25.000 navires.

GFW est ouvert à tous, ses pistes d’utilisation sont donc multiples. C’est un moyen de pression concret pour forcer un gouvernement à lutter contre la pêche non autorisée. Les organisations régionales de gestion de la pêche peuvent aussi s’en servir pour identifier un navire illégal. L’outil sera par ailleurs précieux pour les scientifiques en charge d’évaluer l’impact de la pêche sur certains écosystèmes, pour les organismes certificateurs d’une pêche durable, ou encore pour les autorités nationales, fédérales ou internationales en charge de la régulation…

Pour l’instant, le site internet est basé sur les données compilées en 2012 et 2013. Mais une nouvelle version, attendue à partir de 2015, proposera des informations «quasiment en temps réel», précise l’ONG Oceana.

En se connectant sur GFW, on peut déjà voir qu’en 2013, plusieurs aires marines protégées -où toute activité est prohibée- ont été sillonnées par des bateaux de pêche. C’est le cas de la réserve naturelle russe de Dzhugdzhursky, où au moins 5 navires battant pavillon russe ont stationné pendant plus de deux jours, laissant penser qu’ils ont pêché dans cette zone.

Récupérant dans ses filets entre 11 et 26 millions de tonnes de prises par an, la pêche illicite, non déclarée et non règlementée (INN) représente une menace importante pour l’exploitation durable des stocks de poisson.

Le site Global Fishing Watch pourrait être encore plus efficace si le système AIS était rendu obligatoire à bord de tous les navires de pêche opérant dans les zones économiques exclusives.

 

 



[1] A l’occasion du Congrès mondial des parcs, qui se tient à Sidney du 12 au 19 novembre

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus