La pêche électrique s’étend en mer du Nord

Le 18 mars 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des limandes capturées par un chalut électrique
Des limandes capturées par un chalut électrique

Alors que la législation européenne n’autorisait jusqu’à présent que 5% de la flotte néerlandaise à utiliser des chaluts électriques, cette pratique pourrait s’étendre largement en mer du Nord, alerte l’association Robin des bois.

Cette extension a en effet eu le feu vert de la direction de la pêche de la Commission européenne. Celle-ci autorise 87 chalutiers néerlandais à la pratiquer, contre 42 seulement en 2012. Présentée en 1931, cette technique consiste à faire passer un courant électrique par un câble relié à l’avant de l’engin de pêche. Les muscles des poissons se contractant, ils remontent à la surface de l’eau où ils sont alors pêchés.

L’Union européenne a pourtant prohibé cette pratique dans le cadre du règlement Pêche du 30 mars 1998[1] qui interdit l’utilisation d’explosifs, de poison, de substances soporifiques ou de courant électrique pour protéger les populations juvéniles. L’utilisation de l’électricité est seulement autorisée pour réaliser des études sur les ressources halieutiques. C’est pourquoi la dérogation néerlandaise est accordée –mais élargie- pour un motif «scientifique».

L’impact global de cette pratique de pêche est encore difficilement mesurable. Aucun rapport d’étape n’a été produit depuis le lancement de l’expérimentation, en 2006 en mer du Nord. Mais Robin des bois note que «les poissons remontés dans les chaluts montrent des brûlures, des ecchymoses et des déformations du squelette consécutives à l’électrocution».

Pour l’heure, la France et la Belgique se sont clairement opposées à cette pratique. Selon l’hebdomadaire Le Marin, le ministre de la pêche Frédéric Cuvillier a d’ailleurs écrit à la commissaire européenne en charge de la pêche, Maria Damanaki, pour savoir sur quelle base juridique cette dérogation additionnelle se basait. Robin des bois estime que «cette pratique cruelle envers les animaux, qui ajoute la torture à la capture, doit être rejetée et interdite».



[1] Règlement visant à la conservation des ressources de pêche par le biais de mesures techniques de protection des juvéniles d’organismes marins

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus