La pêche au krill limitée en Antarctique

Le 10 juillet 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des pêcheurs de krill acceptent de réduire leurs zones d'activités dans l'océan Austral
Des pêcheurs de krill acceptent de réduire leurs zones d'activités dans l'océan Austral
Nasa

Cinq industriels de la pêche au krill ont annoncé, ce 10 juillet, stopper leurs captures à partir de 2020 dans une majeure partie de l’océan Austral.

 

Saluée par Greenpeace, la décision a été prise par un groupe d’industriels représentant 85% de la flotte de pêche au krill (Euphausia superba) en Antarctique, tous membres de l’Association des pêcheurs responsables de krill (ARK).

Provenant du Chili, de la Chine, Corée du Sud et Norvège, ces entreprises vont arrêter volontairement les captures à l’intérieur de larges zones situées autour de la péninsule Antarctique, et notamment des zones-tampons, écologiquement sensibles, entourant des colonies reproductives de manchots.

Cela représente une bonne nouvelle pour le krill, menacé par le réchauffement climatique et la surpêche, mais aussi pour les phoques, baleines et oiseaux marins dont il constitue l’alimentation de base. «Nos membres sont convaincus que notre industrie doit devenir durable afin d’assurer la viabilité à long terme des stocks de krill et des prédateurs qui en dépendent», affirme l’ARK dans un communiqué.

«C’est une avancée audacieuse et progressiste de la part de ces professionnels de la pêche et l’on espère que le reste de l’industrie de la pêche au krill va suivre», a commenté Frida Bengtsson, chargée de campagne à Greenpeace.

 

Sanctuaires à l’étude

 

Ces industriels soutiennent également la création, dans les eaux antarctiques, de sanctuaires marins qui recouvrent des zones habituelles de pêche. Pour l’heure, plusieurs propositions sont sur la table de la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR), dont le projet porté par la France et l’Australie de créer une réserve d’1,8 million de kilomètres carrés dans la mer de Weddell, à l’est de l’Antarctique. Après avoir échoué à l’automne dernier, celui-ci sera de nouveau examiné en octobre, lors de la réunion annuelle de la CCAMLR. Aujourd’hui, un seul sanctuaire -interdit à la pêche- existe en mer de Ross.

 

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus