La Nouvelle-Zélande devrait bientôt échanger des quotas

Le 10 décembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un projet de loi sur le changement climatique a été déposé au Parlement le 3 décembre par le gouvernement néo-zélandais. Il doit introduire un système d'échange de quotas et favoriser l'adoption de solutions renouvelables dans le domaine de l'électricité. «Nous voulons que la Nouvelle-Zélande soit la première nation au monde véritablement durable», a déclaré le ministre des finances Michael Cullen.

L'implication de différents secteurs économiques dans le système se fera par étapes, et d'après le texte du projet de loi, «d'ici 2013, tous les secteurs et les 6 principaux gaz à effet de serre (1) seront couverts par le système». Les secteurs de la foresterie, des procédés industriels, de l'agriculture et des déchets seront notamment concernés. Par ailleurs, un moratoire sur toute nouvelle centrale thermique fonctionnant à l'énergie fossile est proposé, hormis en cas de nécessaire sécurisation des ressources en électricité du pays.



La Nouvelle-Zélande contribue à environ 0,2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, près de la moitié provenant de l'agriculture (2).







(1) Dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d'azote, HFC, PFC, SF6





(2) Voir l'article du JDLE «La Nouvelle-Zélande revoit sa politique énergétique»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus