La nouvelle étiquette énergie renvoyée aux calendes grecques

Le 15 juin 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Objectif initial: supprimer les A+, A++, et A+++
Objectif initial: supprimer les A+, A++, et A+++

Les députés européens de la commission Industrie ont torpillé, le 14 juin, la réforme de l’étiquetage énergétique en reportant son entrée en vigueur.

 

Critiquée pour son manque de fiabilité, l’étiquette énergie nécessite un dépoussiérage. Plusieurs rapports, dont celui de Topten en juillet 2015, ou de l’UFC Que Choisir deux mois plus tard, ont mis en évidence ses faiblesses: absence du produit, manque de lisibilité, voire information mensongère… Pourtant la réforme engagée par la Commission européenne devra encore attendre un peu. Censée supprimer les A+++ au profit d’un classement plus clair, de A à G, dans un délai de 5 ans, elle a été reportée par la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie.

Celle-ci a en effet décidé que l’étiquette soit valide pendant au moins 10 ans et que sa révision ne soit obligatoire que lorsque 25% des produits sont classés A ou lorsque 50% d’entre eux rentrent dans les classes A et B.

«Cette décision va laisser les consommateurs européens dans le flou», déplore Stéphane Arditi, du Bureau européen de l’environnement (BEE). «C’est une occasion ratée de leur permettre de faire des choix éclairés». Cette mesure ne va pas non plus aider l’UE à réduire sa consommation énergétique. Pour être entérinée, elle doit toutefois être votée par le Parlement en séance plénière avant de faire l’objet de négociations avec le Conseil.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus