La Norvège et la Russie se partagent la mer de Barents

Le 08 juin 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La Russie et la Norvège ont signé, mardi 7 juin à Oslo, un accord permettant aux compagnies pétrolières des deux pays d’accéder à une zone de 178.000 kilomètres carrés en mer de Barents (soit 13% de sa surface). Il aura fallu une dizaine d’années de négociations pour que cet accord soit paraphé par les ministres des affaires étrangères norvégien et russe. 

Le texte valide la division en deux zones égales de la mer de Barents, une région dont l’accès est rendue plus facile par la fonte des glaces.
 
Les compagnies pétro-gazières nationales des deux pays se sont montrées intéressées pour exploiter les ressources de cette région. Le Russe Gazprom travaille déjà avec le Norvégien Statoil (et le Français Total!) sur le projet gazier de Shtokman à 500 km des côtes russes.
«Le potentiel économique est énorme», a déclaré James Nixey, scientifique et responsable du programme Russie et Eurasie à l’Institut royal des affaires internationales de Londres. «Cet accord met en lumière l’importance stratégique croissante de la zone arctique comme future route de commerce, mais aussi comme future zone potentielle de conflits.»
 
Le bureau géologique minier américain estimait, en 2008, que l’Arctique contenait environ 30% des réserves mondiales de gaz, dont beaucoup restent à découvrir, et 13% des réserves de pétrole.
 
Selon les experts, la mer de Barents est susceptible de contenir du gaz à l’ouest et à l’est de la zone ce qui signifie que toute la zone pourrait s’avérer pétrolifère.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus