La Norvège continue de chasser la baleine

Le 11 avril 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Du 1er avril au mois d’août, la Norvège s’adonne à la chasse à la baleine, au grand dam d’une population de plus en plus hostile à cette pratique, selon un rapport de la Société mondiale pour la protection des animaux (WSPA selon l’acronyme anglais) publié le 4 avril.
 
Alors que 90% des Norvégiens jugent la chasse à la baleine «cruelle et démodée», le gouvernement conservateur vient de publier les quotas de baleines de Minke (Balaenoptera acutorostrata) à harponner: 1.286 individus, comme l’année dernière.
 
Le rapport décrit les méthodes de chasse utilisées par la vingtaine de baleiniers; les mammifères harponnés sont trainés sur les bateaux et suffoquent parfois des heures durant avant de mourir. Malgré les recherches, aucune pratique de mise à mort plus appropriée n’a été mise en place jusqu’à présent.
 
L’industrie norvégienne reçoit pour cette chasse des supports financiers importants, et cela au détriment du contribuable. Et la viande de baleine intéresse de moins en moins. «Il n’y a donc plus aucune raison de soutenir ce type de chasse, l’argument économique ne tient plus», déclare Joanna Tool, qui coordonne la campagne Océans de la WSPA.
 
La Norvège est l’un des trois pays, avec l’Islande (voir JDLE) et le Japon (voir le JDLE), qui continue de défier le moratoire international fixé par la Commission baleinière internationale. Cette dernière interdit depuis 1986 la chasse commerciale à la baleine, et la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites) interdit le trafic international de produits qui en sont issus.
 
Depuis 1993, la Norvège a tué plus de 9.500 baleines.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus