La neutralité carbone selon Allianz

Le 10 mai 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Allianz n'investira plus dans le charbon.
Allianz n'investira plus dans le charbon.
VLDT

 

Au menu: électricité renouvelable et désinvestissement.

 

Comme nombre d’entreprises internationales, Allianz vise désormais la neutralité carbone, à l’horizon 2050. L’annonce en a été faite mercredi 8 mai par le PDG, Oliver Baete, lors de l’assemblée générale des actionnaires.

Pour y parvenir, le premier assureur européen va verdir ses approvisionnements d’énergie. Dès 2023, le groupe originaire de Munich ne consommera plus que de l’électricité produite par des centrales solaires, hydroélectriques ou éoliennes. Une décision logique, un an après avoir rejoint l’initiative RE100.

400.000 tonnes de GES

En 2018 comme en 2017, 45% du courant consommé par les établissements siglés blanc et bleu étaient d’origine renouvelable. Directement et indirectement, le groupe émet près de 400.000 tonnes de gaz à effet de serre (GES) par an.

Plus original, les gestionnaires d’actifs d’Allianz vont poursuivre le désinvestissement initié dès 2015. Désormais, ils ne pourront plus acquérir d’action ou d’obligation d’entreprises dont l’activité est «nuisible au climat». Un choix cohérent avec sa décision, dévoilée l’an passé, de ne plus proposer de contrats d’assurance aux exploitants de centrales au charbon ou de compagnies minières produisant charbon ou lignite.

Fin 2018, l'assureur disposait d'un portefeuille proche de 706 milliards d'euros, principalement investis dans des instruments de dette. Et en tant que gestionnaire d'actifs, il gère un portefeuille de 1.960 Md€ pour le compte de clients externes, sans appliquer jusqu'à présent de critères d'exclusion dans ce domaine.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus