La neutralité carbone made in UK

Le 02 mai 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le Royaume-Uni devra décupler ses plantations d'arbres.
Le Royaume-Uni devra décupler ses plantations d'arbres.
VLDT

 

Le Royaume-Uni peut atteindre la neutralité carbone en trois décennies. A condition de s’en donner les moyens, estime le CCC.

Il y a urgence au Royaume-Uni. Et pour une fois, le Brexit est étranger à l’affaire. Mercredi 1er mai, la Chambre des communes a adopté une résolution appelant le gouvernement britannique à «l’urgence climatique». Une première mondiale qui clôture une semaine de manifestations pro-climat à Londres, souvent initiées par le mouvement Extinction Rebellion.

Proposé par le parti travailliste, ce texte appelle aussi l’administration de Theresa May à engager le pays sur la voie de la neutralité carbone d’ici 2050. Aussi dit, presqu’aussitôt fait.

projet de stratégie

Ce jeudi 2 mai, le Committee on Climate Change (CCC, qui a servi de modèle au Haut conseil pour le climat français) publie un projet de stratégie visant à atteindre ce nouveau graal climatique.

Bonne nouvelle, l’objectif n’est pas hors d’atteinte. «Les fondations sont en place dans le royaume et les politiques nécessaires pour mettre en œuvre les principaux piliers d'une économie nette zéro sont déjà actives ou en développement», estime l’auditeur indépendant des politiques climatiques britanniques.

Pour autant, il reste encore un peu de travail à abattre: quadrupler en trois décennies la production d’énergies décarbonées, améliorer les performances énergétiques du parc de logements, interdire les véhicules à moteur thermique dès 2035 (voire avant!), développer le captage-stockage géologique de CO2 (CSC).

n'oublions pas l'agriculture

Le CCC insiste aussi sur les dimensions non énergétiques de la lutte contre le réchauffement: interdiction de la mise en décharge des déchets biodégradables, interdiction de la production et de l’usage des gaz à effet de serre fluorés (tel les HFC), accroître les surfaces forestières et changer les pratiques agricoles.

Si ces politiques existent, elles doivent être renforcées urgemment, souligne le CCC.

«La plupart des secteurs devront réduire à presque rien leurs émissions sans compensation. Cet objectif ne peut être atteint en rehaussant simplement les objectifs des politiques actuelles qui visent à réduire de 80% nos émissions d’ici 2050.»

Le CCC pointe, par exemple, la décarbonation des systèmes de chauffage «pour lesquels il n’existe aucun plan ni aucun essai à grande échelle de pompe à chaleur ou de pile à combustible». Londres veut diminuer l’empreinte carbone de son industrie en développant la CSC, «mais sur les 43 systèmes de CSC de taille industrielle en service ou en développement dans le monde, aucun ne se trouve au Royaume-Uni».

Coût stable

Stocker autant de CO2 dans les forêts que prévu nécessite de reforester jusqu’à 25.000 hectares par an. C’est deux et demi fois plus que la surface replantée ces 5 dernières années, s’alarme le CCC. Les agriculteurs devront se retrousser les manches. D’abord, parce qu’ils devront utiliser moins d’engrais et de produits phytosanitaires, mais aussi parce qu’une bonne part de leur travail servira à replanter des arbres et des haies, produire de la biomasse valorisable et restaurer des tourbières, véritables éponges à CO2.

Bonne nouvelle toutefois, le rehaussement de l’objectif ne devrait pas augmenter. Avec la baisse du coût des énergies renouvelables ou du véhicule électrique, le CCC estime qu’il faudra consacrer de 1 à 2% du PIB annuel pour «neutraliser les émissions»: une facture du même montant que celle de l’abattement de 80% des rejets carbonés.

Une transition juste et équitable

Toutefois, souligne l’institution indépendante, ce but n’est atteignable qu’à deux conditions. D’une part, que les institutions publiques à tous les niveaux du millefeuille administratif –et pas un seul ministère comme aujourd’hui– considèrent l’atténuation et l’adaptation comme des priorités absolues. D’autre part, cette transition climatique devra être perçue par tous les citoyens comme juste et équitable. Les Yellow Jackets ne manifestent pas encore devant Westminster, mais leurs cris ont déjà franchi le Channel.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus