La montée des eaux, prochaine crise humanitaire

Le 17 mai 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La montée des eaux au programme du prochain sommet humanitaire mondial
La montée des eaux au programme du prochain sommet humanitaire mondial

Plus d’un milliard de personnes dans le monde seront menacées par la montée des eaux d’ici 2060, selon le rapport publié le 16 mai par l’ONG britannique Christian Aid.

Le milieu humanitaire poursuit sa mobilisation contre les dommages causés par le changement climatique. Et à la lumière de ce nouveau rapport, le sujet doit faire partie des priorités du premier sommet humanitaire mondial, qui doit se tenir les 23 et 24 mai à Istanbul (Turquie). La montée des eaux, les inondations et autres événements climatiques extrêmes risquent de provoquer «une crise humanitaire», alerte l’ONG.

 

Se basant sur les projections du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec), l’opus montre que 1,2 milliard de personnes risquent d’être déplacées par les eaux d’ici 2060. Mais dès 2030, 824 millions d’êtres humains pourraient déjà perdre leur foyer à cause des effets du changement climatique. Soit une hausse de 50% de la population à risque en seulement 30 ans (entre 2000[1] et 2030).

 

Après l’Asie, les Etats-Unis et l’Europe

 

Si la Chine, l’Inde et le Bangladesh forment le top 3 des pays les plus menacés[2], les Etats-Unis arrivent tout de même en 8e position. L’Europe est également touchée, les Pays-Bas arrivant en 19e position et le Royaume-Uni occupant la 22e place.

 

Le rapport de Christian Aid liste également les villes les plus menacées[3] d’ici 2070. Résultat: Calcutta (Inde) arrive en tête avec 14 millions de personnes touchées, devant Bombay (Inde), Dacca (Bangladesh), Canton (Chine), Hô-Chi-Minh-Ville (Vietnam), Shanghai (Chine), Bangkok (Thaïlande), Rangoun (Myanmar) et Miami (Etats-Unis)[4].

L’Inde veut détourner ses fleuves
Fortement menacée par la montée des eaux, l’Inde n’est pas épargnée par d’autres événements climatiques extrêmes. La lutte contre la sécheresse représente aujourd’hui la première priorité du gouvernement indien, selon son ministre des ressources en eau Uma Bharti. Alors que 330 millions de personnes sont aujourd’hui touchées par une vague de chaleur dépassant 40°C, New Dehli envisage de «détourner l’eau des grands fleuves vers les zones les plus sèches». Un projet fortement critiqué sur les plans écologique, financier et social.

Le palmarès n’est plus le même si l’on considère le montant des actifs menacés. Cette fois-ci Miami arrive en tête (3.500 milliards de dollars en 2070 –3.095 Md€) devant Canton (3.400 Md$ –3.006 Md€) et New-York (2.100 Md$ –1.857 Md€).

 

Au travail!

 

L’ONG ne se contente pas d’énumérer pays, villes et chiffres. Avec ce rapport, elle compte mobiliser l’opinion internationale autour des actions à lancer d’urgence: réduction des émissions de gaz à effet de serre, protection des communautés les plus menacées et mise en place de systèmes d’alerte. Un plan d’action en écho aux négociations climatiques ouvertes à Bonn le 16 mai, 5 mois après la COP 21.

 



[1] En 2000, 625 millions de personnes dans le monde ont été touchées par ???

[2] Du point de vue de la population touchée

[3] Incluant les effets du changement climatique et des évolutions socio-économiques

[4] 4,8 millions d’habitants de Miami sont concernés

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus