La moitié des plages pourraient disparaître en 2100

Le 03 mars 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Mayotte pourrait perdre plus de 60% de ses plages d'ici à 2100
Mayotte pourrait perdre plus de 60% de ses plages d'ici à 2100

Près de 50% des littoraux sablonneux pourraient être rayés de la carte d’ici à 2100 à cause du dérèglement climatique, selon une étude publiée le 2 mars dans la revue Nature Climate Change.

 

Même en étant optimiste, avec une forte réduction des émissions de gaz à effet de serre[1], plus d’un tiers des plages disparaîtront à la fin du siècle. Soit 95.000 kilomètres de côtes. Et dans un scénario plus pessimiste[2], ce seront près de la moitié des plages, selon les scientifiques. Soit 132.000 km de plages.

Rempart contre les tempêtes

Une mauvaise nouvelle pour le tourisme mais aussi une catastrophe pour la protection des littoraux contre les tempêtes et les inondations. «Les plages de sable offrent souvent le premier mécanisme de protection contre ces évènements climatiques extrêmes qui seront plus forts à l’avenir», observe Michalis Vousdoukas, chercheur au Centre commun de recherche de la Commission européenne (JRC), qui a dirigé l’étude.

Montée du niveau de la mer et urbanisme

Les plages occupent aujourd’hui plus d’un tiers des littoraux au niveau mondial, dans des zones souvent fortement urbanisées. Elles sont menacées par l’érosion due à l’essor urbanistique, la construction d’ouvrages, l’extraction de sable, les tempêtes mais aussi à la hausse du niveau des mers liée au réchauffement. Un niveau qui devrait monter de 60 à 110 cm selon le dernier rapport du Giec[3].

L’Australie la plus touchée

Menée par des chercheurs du JRC et d’universités espagnole, italienne et néerlandaise, cette étude précise l’érosion des littoraux sablonneux selon les pays. Selon eux, les plus touchés seront l’Australie (15.000 kilomètres de plages de sable rayées de la carte dans 80 ans, soit 40%), le Canada, le Chili et les Etats-Unis. Le Mexique, la Chine, la Russie, l’Argentine, l’Inde et le Brésil seront aussi en première ligne. En France, c’est l’île de Mayotte qui serait la plus touchée, avec une disparition de plus de 60% de ses plages, quel que soit le scénario climatique. Un phénomène déjà visible sur de nombreux littoraux.

 



[1] Pour un réchauffement climatique limité à 3°C en 2100

[2] Scénario business as usual

[3] Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat