La moitié de la viande américaine contient des staphylocoques dorés

Le 15 avril 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une part substantielle de la viande et des volailles vendues aux Etats-Unis contient des bactéries résistantes aux antibiotiques, selon une étude publiée ce vendredi 15 avril, qui appelle les autorités sanitaires à se pencher sur l'usage des antibiotiques dans les élevages.
 
Près de la moitié (47%) des échantillons de viande et volaille testés contenaient des staphylocoques dorés et plus de la moitié (52%) de ces bactéries étaient résistantes à au moins trois classes d'antibiotiques, selon la recherche du Translational Genomics Research Institute (TGen).
 
Ces travaux, les premiers à évaluer au plan national la présence des staphylocoques dorés dans la distribution alimentaire aux Etats-Unis, sont publiés dans la revue Clinical Infectious Diseases. Les tests ADN de ces bactéries laissent penser que ce sont les animaux eux-mêmes d'où provient la viande qui sont la principale source de la contamination. Et bien que ces staphylocoques soient détruits durant la cuisson de la viande et des poulets, ils pourraient néanmoins présenter un risque pour les consommateurs si la viande et les volailles crues ne sont pas manipulées comme il se doit en cuisine. 
 
Ces chercheurs ont collecté et analysé 136 échantillons de bœuf, porc, poulet et dinde couvrant 80 marques et provenant de 26 magasins d'alimentation situés dans 5 centres urbains aux Etats-Unis. Il s'agit de Los Angeles (Californie), Chicago (Illinois), Fort Lauderdale (Floride), Washington D.C. et Flagstaff (Arizona). «Pour la première fois, nous savons à quel point la viande et les volailles consommées aux Etats-Unis sont contaminées par des staphylocoques résistants aux antibiotiques et provenant probablement des animaux d'élevage eux-mêmes», souligne Lance Price, un chercheur au TGen dans l'Arizona, principal auteur de cette étude, «et ce fait est préoccupant», ajoute-t-il.
 
Les grands élevages industriels où sont entassés des animaux, dont les aliments contiennent de faibles doses d'antibiotiques, sont les lieux parfaits de développement de ces staphylocoques résistants aux antibiotiques, qui sont ensuite transmis de l'animal aux hommes, selon ce rapport.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus