La minéralisation du CO2: une fausse bonne idée?

Le 27 juin 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Que faire de milliards de tonnes de levure chimique ?
Que faire de milliards de tonnes de levure chimique ?

Le captage-stockage de carbone (CSC), vous connaissez. Le Journal de l’environnement se fait régulièrement l’écho des non-avancées du déploiement de cette arme ultime de l’industrie lourde pour abattre les rejets carbonés.

Aux Etats-Unis, une nouvelle forme de CSC est en passe de voir le jour: la minéralisation du carbone. Rien de neuf, dans un premier temps: on continue de capter le gaz carbonique des effluents d’une centrale thermique à flamme ou d’une usine. C’est ensuite que le processus change du tout au tout.

Contrairement à système mis en œuvre par Statoil sous la mer du Nord, il ne s’agit plus d’injecter le CO2 dans une structure géologique étanche, mais de mettre en œuvre un processus physico-chimique qui va le minéraliser. Il ne reste plus qu’à réutiliser ces matériaux ou à les stocker.

Au Texas, la société Skyonic prévoit d’installer sa technologie Skymine dans une cimenterie. Elle devrait, estime la compagnie américaine, transformer 225.000 tonnes par an de dioxyde de carbone en acide chlorhydrique et en bicarbonate de soude, de qualité industrielle.

Premier problème: chaque tonne de CO2 captée génère entre 2 et 3 fois plus de matériaux et autant d’eau de process, qu’il faut retraiter par la suite. Ce qui consommera de l’énergie et produira des émissions de GES.

Second problème: ces centaines de milliers de tonnes de produits industriels devront être véhiculés par… camion vers les usines de transformation ou les centres de stockage. Pas certain, au final, que l’opération permette de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ce pourrait même être l’inverse.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus