La mer du Nord sauvée du gaz de Total

Le 21 mai 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La tête du puits accidentée.
La tête du puits accidentée.
Total

Deux précautions valent mieux qu’une. Moins d’une semaine après avoir annoncé avoir réussi à colmater la fuite de gaz de la plate-forme gazière d’Elgin [JDLE], Total confirme le plein succès de l’opération. Dans un communiqué publié lundi 21 mai, le pétrogazier français indique que «l’injection de boue lourde à l’intérieur du puits G4, depuis le rig semi-submersible West Phoenix, a permis d’en reprendre le contrôle. Depuis lors, plusieurs inspections conduites sur la plate-forme de tête de puits ont confirmé l’arrêt total de la fuite».

Pour autant, la remise en production de la plate-forme située à 240 kilomètres au large d’Aberdeen (Ecosse) n’est pas pour tout de suite. La prochaine étape, avance le groupe présidé par Christophe de Margerie, «consistera à reconstituer des effectifs sur le complexe d’Elgin et redémarrer le rig de forage Rowan Viking qui mettra en place des bouchons en ciment. Cette phase qui durera plusieurs semaines a pour objectif de définitivement boucher le puits G4 et conduire la procédure d’abandon de ce puits».

Ensuite, il faudra attendre les résultats des enquêtes diligentées par Total et les autorités britanniques pour tirer les conclusions qui s’imposeront, tant en sûreté qu’en protection de l’environnement.

L’importante fuite de gaz, qui a démarré le 27 mars, devrait coûter à Total entre 300 et 400 millions de dollars (entre 230 et 310 millions d’euros) et moins de 200.000 tonnes équivalent CO2 à l’atmosphère.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus