La menace des pénuries d’eau plane sur le monde

Le 13 octobre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 Pendant la prochaine décennie, le problème le plus pressant auquel le monde devra faire face est la pénurie d’eau, a déclaré le 12 octobre à Reuters John Beddington, le conseiller scientifique en chef du gouvernement du Royaume-Uni.

Changement climatique et hausse démographique ne font pas bon ménage avec les ressources en eau. Le premier parce qu’il va engendrer des sécheresses et des inondations toujours plus importantes, et donc fragiliser les réserves d’eau douce. La seconde, tout simplement parce que la population mondiale devrait passer de 6,6 milliards aujourd’hui à plus de 9 milliards en 2050, et donc augmenter la demande en eau potable.

Selon le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), 90 à 220 millions de personnes en Afrique risquent de faire face d’ici 2020 à un stress hydrique plus important que celui qu’elles connaissent déjà.

John Beddington estime que la recherche devrait aller prioritairement à l’étude des « points de bascule », (tipping points). Cette notion se réfère au seuil critique « où l'état futur d’un système peut être qualitativement altéré par un petit changement de forçage »[1]. Des observations récentes montrent que des changements brusques sont déjà en cours en Arctique. En effet, « le réchauffement de l’Arctique fait fondre la glace qui entoure la végétation. En pourrissant, cette végétation dégage des gaz à effet de serre et du méthane, qui peut à son tour accélérer le réchauffement climatique », explique le scientifique.



[1] Lenton et al. 2008; Schellnhuber 2009



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus