La Méditerranée est asphyxiée aux déchets plastique

Le 08 juin 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Sous les déchets la plage
Sous les déchets la plage
WWF (Milos Bicanski)

Dans un rapport rendu public ce 8 juin, le WWF montre que la Méditerranée est plus asphyxiée par la pollution plastique que toutes les autres mers du monde.

La Méditerranée paie cher ses atouts touristiques. En l’état actuel des connaissances, elle affiche l’une des plus fortes concentrations mondiales de micro-plastiques, ces débris dont le diamètre est inférieur à 5 millimètres qui menacent la faune marine comme la chaîne alimentaire. On en trouve près de 4 fois plus en Méditerranée que dans le gyre du Pacifique Nord, aussi appelé ‘7e continent’ et situé entre la Californie et Hawaï. Soit 1,25 million de particules par kilomètre carré.

 

Un aller simple pour la Méditerranée

En cause, la mauvaise gestion des déchets plastique dans le bassin méditerranéen. L’Europe, qui en produit 27 millions de tonnes par an, n’en recycle que 31%. 27% d’entre eux sont encore envoyés en décharge, le reste étant incinéré... et rejeté en mer.

Bonnet d'âne / Avec 22% de recyclage des déchets plastique, la France obtient l’un des plus mauvais scores de l’UE.

Entre 170.000 et 230.000 t de micro-plastiques et entre 150.000 à 500.000 t de macro-plastiques sont stockés chaque année dans les mers européennes, dont la grande majorité en Méditerranée. L’impact du tourisme est réel. Avec plus de 200 millions de visiteurs pendant l’été, les rejets de plastique en mer s’accroissent de 40%.

 

En provenance de Turquie, Espagne, Italie...

Les pays qui déversent le plus de déchets plastique dans ‘Mare nostrum’ sont la Turquie (144 t par jour), l’Espagne (126 t/j), l’Italie (90 t/j), l’Egypte (77 t/j) et la France (66 t/j).

Facture / La ville de Nice dépense 2 millions d’euros par an pour nettoyer les déchets de ses plages.

 

Si rien n’est fait, le phénomène va s’emballer. Dans le monde, on devrait compter une tonne de plastique pour 3 tonnes de poissons en 2025 et davantage de plastique que de poissons, en poids, dans les océans en 2050.

 

700 espèces marines touchées

La faune marine en paie aussi le prix fort. Plus de 90% de ses dommages provenant de déchets humains sont dus au plastique. Au niveau mondial, au moins 700 espèces marines sont touchées, dont 17% sont menacées ou en danger critique d’extinction selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Elles sont exposées aux captures, ingestions, contaminations par des polluants et contacts avec des espèces exotiques transportées par les particules plastique. Les matériels de pêche s’avèrent les plus dangereux. 65% des animaux pris au piège en Méditerranée sont enchevêtrés dans les lignes de pêche.

 

11 milliards d’euros engloutis

Au total, le WWF a chiffré à 13 milliards de dollars (11 Md€) le coût de la pollution plastique dans le monde. Un chiffre qui recouvre les dommages aux écosystèmes marins, le nettoyage des plages et les pertes financières pour la pêche et le tourisme. 

Pour redonner du souffle à la Méditerranée, l’ONG recommande de négocier rapidement un accord international, juridiquement contraignant, visant à éliminer tout rejet de plastique en mer. Pour le compléter, elle suggère de fixer un objectif zéro rejet à l’industrie, après avoir cartographié les points de fuite, de lutter contre l’abandon des matériels de pêche et de réglementer le recyclage pour le développer.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus