La «mauvaise influence» de McKinsey sur les forêts tropicales

Le 07 avril 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les analyses stratégiques élaborées par le cabinet de conseil McKinsey sur les plans de lutte contre la déforestation dans plusieurs pays seraient «d’influence néfaste» et ne participeraient pas à la protection de l’environnement, selon un rapport publié aujourd’hui 7 avril par Greenpeace international.  
 
Depuis 2008, le cabinet McKinsey apporte ses conseils pour l’élaboration des stratégies Redd (Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation forestière) de pays forestiers majeurs: l’Indonésie, le Guyana, la Papouasie Nouvelle Guinée et la République démocratique du Congo. Pour rappel, le mécanisme Redd+ a pour objectif de mobiliser le financement des initiatives de lutte contre la déforestation de ces pays.
 
Le rapport qui vient d’être publié par Greenpeace révèle que les conseils de McKinsey ont profité aux industriels, mais ont eu des conséquences catastrophiques pour la forêt. L’ONG cite en exemple le plan stratégique élaboré par le gouvernement congolais, qui reprend in extenso les recommandations du cabinet.
 
Le plan prévoit «l’expansion de l’industrie forestière sur 10 millions d’hectares supplémentaires de forêt dense humide, des subventions pour l’industrie forestière afin qu’elle limite sa contribution à la dégradation des forêts (750 millions d’euros pour… le maintien de la situation actuelle) et plus d’un milliard € annuels à horizon 2030 pour l’agro-industrie -huile de palme, etc.- pour qu’elle localise ses opérations en dehors des forêts denses».
 
Ces mesures, loin de profiter à la forêt, ont été prises à partir d’erreurs factuelles et de calculs fantaisistes, souligne Greenpeace. Il aurait fallu davantage prendre en compte la biodiversité et calculer les services rendus par les écosystèmes forestiers, et proposer des alternatives de développement plus durable et plus équitable.
 
 Pour rappel, l’Amérique du Sud et l’Afrique ont respectivement perdu 4 millions et 3,4 millions ha de forêts par an entre 2001 et 2010, d’après la FAO. La perte de superficie mondiale a été de 13 millions ha/an pour cette même période. Soit l’équivalent de 33 terrains de football par minute, souligne le WWF qui lance une campagne en 2011 visant «zéro déforestation nette» en 2020. Environ 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) seraient dues à l’abattage des arbres, soit plus que le secteur des transports.
 
Selon certains experts, le mécanisme Redd serait inefficace, car il ne prendrait pas assez en compte les besoins locaux et la demande croissante en terres pour l’agriculture et les agrocarburants (dans le JDLE).


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus