La marine française défend les richesses de ses eaux

Le 26 janvier 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Avec près de 11 millions de kilomètres carrés d’océans, la France dispose du deuxième domaine maritime mondial. Et 80% de ses eaux territoriales se situent en Outre-mer. Des richesses et un potentiel énorme, selon l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la marine depuis septembre 2011.

Le Centre d’études supérieur de la marine (CESM) a organisé le 26 janvier une matinée de réflexion sur les perspectives du secteur maritime en matière de ressources alimentaires, minérales et énergétiques et pour faire connaître les enjeux maritimes futurs. «Il faut protéger notre potentiel français et européen, a insisté l’amiral.

Avec l’exploitation des fonds sous-marins qui s’intensifie et l’augmentation du flux maritime, les problèmes d’écologie et de sécurité s’accentuent.» Bernard Rogel a énoncé les priorités de la marine. D’abord protéger les bateaux de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), mais aussi lutter contre le trafic illicite: piraterie, trafiquants de drogue et d’êtres d’humains. Il a rappelé qu’en 2011, 10 tonnes de cocaïne ont été saisies, 1.000 migrants sauvés d’une mort assurée et la marine a porté assistance à 9 bâtiments et 400 personnes.

«Des activités qui prennent beaucoup de place», selon lui. «Avec les changements climatiques, les routes maritimes changent», a-t-il également commenté en mettant en garde contre l’engorgement de certains détroits, comme celui de Cherbourg qui voit passer plus de 80.000 bateaux chaque année.

Que dire des richesses que recèlent les fonds marins? «Si nous n’agissons pas rapidement, d’autres pays s’en chargeront et nous n’aurons pas saisi la chance que nous offre cet immense patrimoine maritime.»

Pour l’ancien commandant de sous-marins nucléaires, «il reste à consolider la protection de notre patrimoine pour que cette course effrénée ne se termine pas en pillage généralisé». Avant d’ajouter que le domaine maritime est l’enjeu du futur comme l’espace le fut il y a quelques dizaines d’années. «La France ne doit pas laisser passer sa chance. Il faut donc que nous nous investissions!», s’est-il exclamé.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus