La marée noire de Santa Barbara bientôt jugée

Le 18 mai 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un pipeline s'est rompu le 19 mai 2015 au large de Santa Barbara
Un pipeline s'est rompu le 19 mai 2015 au large de Santa Barbara

Un an après la marée noire au large de Santa Barbara, la compagnie pétrolière Plains All-American Pipeline est poursuivie de 46 chefs d’accusation par un grand jury, a annoncé le 17 mai le ministère californien de la justice.

 

Le 19 mai 2015, un pipeline vétuste exploité par cette compagnie s’est rompu, provoquant une marée noire d’environ 14 kilomètres de long dans l’océan Pacifique et sur les plages de Santa Barbara.

 

Le Golden State, l’Etat fédéral et plusieurs collectivités locales ont dépensé des millions de dollars pour nettoyer les dégâts causés par la fuite d’un demi-million de litres de pétrole brut.

 

Outre les 46 chefs d’accusation, dont 36 visent les dommages causés à la faune (surtout des pélicans bruns, des guillemots et des otaries), un employé de Plains All-American Pipeline est poursuivi au pénal pour trois chefs d’accusation. Il s’agit, selon le Los Angeles Times, d’un responsable de la protection de l’environnement et du respect des normes légales qui aurait omis de prévenir les autorités. Le quotidien ajoute que le taux d’incidents relevés sur les oléoducs de la compagnie s’avère trois fois plus élevé que la moyenne nationale.

 

Plains All-American Pipeline encourt une amende allant jusqu’à 2,8 M$ (2,5 M€). L’affaire devrait être jugée le 2 juin à Santa Barbara.

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus