La mairie de Paris précise sa stratégie anti-pollution

Le 08 novembre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Paris précise son plan anti-pollution
Paris précise son plan anti-pollution

Une conférence de presse, organisée ce 8 novembre, a précisé la stratégie de la mairie de Paris pour lutter contre la pollution de l’air. Quelques éléments avaient déjà filtré (voir JDLE).

Dans la capitale, c’est la voiture qui pèse le plus lourd dans la pollution atmosphérique. Elle est naturellement la cible principale des actions. «Il s’agit avant tout d’agir sur les modes de déplacement pour réduire son usage au profit du vélo et développer les bus propres», a déclaré Julien Bargeton, adjoint au maire en charge des transports (PS).

Aujourd’hui, la ville-lumière est le théâtre de 28 millions de déplacements quotidiens, dont 60% sont réalisés à pied, près de 30% dans les transports collectifs, 7% en voiture et 3% à vélo. La tendance est à la baisse de la voiture (-40% depuis 2001) et à l’essor du vélo qui a plus que doubler en 10 ans, mais reste encore très marginal.

Plus largement, la ville anticipe la saison II des zones d’actions prioritaires pour l’air (Zapa), sur laquelle planche actuellement un comité interministériel, et qui devrait sortir début 2013, compte tenu de l’échec du dispositif précédent.

Elle propose d’interdire les véhicules les plus polluants, de favoriser les plus propres, de réduire les vitesses dans certaines zones stratégiques et demande d’urgence un plan national de sortie du diesel.

«Pour être efficaces, ces mesures devront s’appliquer à l’échelle de la métropole et non de Paris intra-muros, c’est-à-dire dans un périmètre allant jusqu’à l’autoroute A86», a précisé René Dutrey, adjoint au maire en charge de l’environnement (EELV).

Pour favoriser les véhicules les plus propres, «il faudra des aides à l’achat à la hauteur de l’enjeu», ajoute l’adjoint. Pour l’heure, la mairie ne soutient que les vélos à assistance électrique.

Concernant les vitesses, la capitale poursuit l’extension des zones 30 et souhaite réduire de 10 km/h la vitesse autorisée sur le périphérique dès le début 2013 (de 80 à 70 km/h). La mairie compte aussi réduire la consommation de carburants de ses véhicules de 15% cette année et de 20% dans deux ans grâce aux formations à l’éco-conduite proposée à tous les chauffeurs, y compris de poids lourds et de bennes à ordures.

Enfin, en matière de véhicules polluants, la mairie veut interdire, à partir de septembre 2014, la circulation aux voitures et utilitaires de plus de 17 ans, aux poids lourds de plus de 18 ans, et aux deux-roues de plus de 10 ans.  «Mais il est également urgent de régler la question du diesel», ajoute René Dutrey, qui concerne encore en France 60% des véhicules alors que c’est l’une des principales sources de pollution aux particules fines. Une pollution pour laquelle la France risque une lourde amende européenne. La mairie de Paris demande expressément un plan de sortie. 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus