La maintenance des canalisations exposerait à des cancers

Le 24 juillet 2007 par Diana Semaska
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Travailler dans la maintenance des canalisations pourrait exposer à des cancers. C'est le résultat d'une enquête menée par le laboratoire de la caisse régionale d'assurance-maladie de Normandie, suite à la reconnaissance comme maladies professionnelles de deux cas de cancer de la vessie chez des employés à la maintenance des canalisations de Rouen. Cette enquête a été publiée dans le numéro de juillet de la revue Santé & Travail de prévention des risques professionnels.

Des fumées contenant du benzo(a)pyrène, un hydrocarbure aromatique polycyclique (HAP) très toxique, connu pour entraîner des cancers de la vessie, proviennent d'un vernis anticorrosion, le Carbolac 12100, soumis à une forte chaleur. «Ce qui est inattendu, explique Michel Héry, responsable du projet Transversal cancers professionnels à l'Institut national de recherche et de sécurité, c'est que des cancers sont survenus chez des personnes qui ne manipulent pas ce produit 8 heures par jour.» Au cours des opérations de maintenance sur les tuyaux d'eau potable, les concentrations atmosphériques en HAP peuvent atteindre 1.000 fois la valeur maximale recommandée. Or, les opérateurs de maintenance ne disposaient pas de l'information selon laquelle ce vernis pouvait dégager des fumées toxiques.

A Rouen, des mesures de protection du personnel ont été prises. Mais ailleurs en France, «des centaines voire des milliers d'opérateurs pourraient être concernés par ce risque, affirme Michel Héry, d'autant plus que le vernis pourrait recouvrir d'autres types de canalisations, de gaz par exemple.»






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus