La lutte contre les pesticides ne porte pas ses fruits au niveau européen

Le 05 février 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La lutte intégrée aux abonnés absents
La lutte intégrée aux abonnés absents

Dans un rapport publié ce 5 février, la Cour des comptes européenne déplore le retard pris par les Etats membres pour mesurer et réduire les risques liés à l’utilisation de pesticides.

Au lendemain du rapport cinglant de la Cour française des comptes sur les plans Ecophyto, cette publication rallonge la liste des critiques à l’encontre des politiques publiques de réduction de l’utilisation des pesticides.

Premier constat: l’échec de la lutte intégrée contre les ennemis des cultures, qui oblige les agriculteurs européens à utiliser des pesticides en dernier recours. La mesure est d’autant moins respectée qu’elle ne conditionne pas l’attribution des aides versées au titre de la politique agricole commune (PAC). Résultat : environ 350.000 tonnes de substances actives sont utilisées dans l’UE chaque année, posant des risques pour la qualité des eaux et des sols, la biodiversité et les écosystèmes.

Deuxième constat: les agriculteurs recourent peu aux substances dites à faible risque. Seulement 16 sur 487 sont utilisées dans les champs européens (3%).

Enfin, les auditeurs relèvent l’insuffisance de l’information sur l’utilisation de ces produits. Les statistiques publiées par Eurostat sont jugées «trop peu détaillées pour être utiles». Quant aux données des Etats membres, elles manquent d’actualisation et d’harmonisation. Les deux premiers indicateurs mis en place par l’UE sont par ailleurs insuffisants. Très récents (ils datent de 2019), ils s’avèrent aussi incomplets, en faisant l’impasse sur la manière, le lieu et le moment où les pesticides sont utilisés.