La lutte contre le chancre coloré du platane est obligatoire

Le 06 janvier 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La maladie bouche les canaux véhiculant la sève de l'arbre.
La maladie bouche les canaux véhiculant la sève de l'arbre.
DR

La lutte contre le fléau des platanes est désormais totale.

Nouvel ennemi public: le chancre coloré du platane. Publié dans le Journal officiel de ce mercredi 6 janvier, un arrêté du 22 décembre 2015 du ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt lance la lutte nationale contre ce redoutable ennemi de nos platanes.

Plus de 50.000 arbres abattus

Introduit en France en 1944, probablement à l’occasion du débarquement en Provence, le chancre coloré du platane est une maladie incurable causée par Ceratocystis platani, un champignon microscopique. La maladie se transmet par blessure, via les racines ou grâce au cours d’eau. C’est probablement ce dernier vecteur qui a contaminé plusieurs milliers de platanes plantés le long du canal du Midi. Dans l’Hexagone, plus de 50.000 arbres ont ainsi été abattus.

Touchant uniquement les platanes, cette maladie redoutable tue ses hôtes en 3 à 5 ans. Aucun autre remède que l’abattage et la destruction par le feu n’est connu.

Vigilance totale

L’arrêté ministériel prescrit les mesures nécessaires à la lutte contre le chancre coloré, «danger sanitaire de catégorie 1», et à la prévention de sa propagation. Le texte stipule que la lutte contre le chancre coloré est obligatoire sur tout le territoire. Tous les professionnels concernés (producteurs de plants de platanes; propriétaires; directions régionales de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt; entreprises de travaux) doivent surveiller leurs arbres et déclarer immédiatement la présence ou la suspicion de symptômes de chancre coloré du platane au préfet de région selon les modalités prévues à l'article R. 251-2-2 du Code rural.

Si les services compétents confirment l’infection, les services préfectoraux établissent une «zone délimitée». Celle-ci se compose d'une zone infectée et d'une zone tampon. La première est établie sur un rayon de 35 mètres, au moins, autour des platanes infectés. La seconde comprend au moins les communes dans lesquelles se situent une ou plusieurs zones infectées.

Destruction in situ

Lorsque la présence du chancre coloré est confirmée, le propriétaire fait procéder à l'abattage, au dessouchage ou à la dévitalisation des souches, puis à la destruction par incinération (sur place) des platanes présents dans la zone infectée dans un délai de 2 à 6 mois à partir de la notification officielle par le service chargé de la protection des végétaux.

La plantation de platanes dans une zone infectée est interdite pendant 10 ans après la dernière constatation de la présence de l'organisme nuisible dans cette zone.

L’Institut national de la recherche agronomique (Inra) a mis au point un platane hybride, fruit des amours du platane américain et de l’oriental. Baptisé Platanor Vallis clausa, cet arbre résiste au chancre coloré, mais aussi à l'anthracnose, à l'oïdium, au tigre, au vent et à la pollution urbaine.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus