La Louisiane menacée par la marée noire

Le 26 avril 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Les nouvelles ne sont pas bonnes en provenance du golfe du Mexique. Jeudi 22 avril dans la soirée, une forte explosion a ravagé une plate-forme pétrolière, causant la mort de 11 personnes et en blessant 17, dont 4 grièvement.

Louée par BP, mais appartenant à la compagnie suisse Transocean, Deep Water Horizon relâche plus d’or noir que prévu. Vendredi, les garde-côtes américains estimaient la surface de la nappe de pétrole à un peu plus de 6 kilomètres . Selon les derniers relevés aériens, la tache huileuse s’étendait sur 153 kilomètres carrés et n’était plus qu’à une cinquantaine de kilomètres des côtes de Louisiane. Dans un communiqué, publié dimanche 25 avril, BP assure avoir mobilisé des moyens très importants: 32 navires spécialisés dans la récupération ou la dispersion du pétrole, 5 aéronefs. Le pétrogazier a aussi réservé 450 tonnes de produits dispersants, soit le tiers des stocks mondiaux.


Ces moyens ne seront peut-être pas de trop. Car nul n’est aujourd’hui capable d’estimer précisément l’étendue des dégâts sur les installations pétrolières proprement dites. Plusieurs reconnaissances, effectuées par des robots sous-marins, ont permis de découvrir deux points de fuite sur les risers (les flexibles reliant la tête de puits située à 1.600 mètres de fond). Les experts estiment que 400 tonnes d’huile se déversent, chaque jour, dans l’eau.


Trois possibilités sont envisagées pour stopper les écoulements: fermer les vannes situées à proximité de la tête de puits, injecter un coulis de ciment dans les flexibles ou forer de nouveaux puits pour réduire fortement la pression du gisement principal. Contrairement aux deux suivantes, la première solution a le mérite de pouvoir être rapidement mise en œuvre. Or le temps presse, car les soutes de la plate-forme accidentée contiennent encore 3.000 tonnes de gazole.


L’accident tombe au plus mal pour l’administration Obama qui entend relancer l’exploitation du pétrole offshore.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus