La justice valide le projet de parc éolien marin de Courseulles-sur-Mer

Le 02 octobre 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les Haliade vont pouvoir s'installer au large des plages normandes.
Les Haliade vont pouvoir s'installer au large des plages normandes.
Alstom

La cour d’appel de Nantes a rejeté un recours contre le projet de parc éolien marin de Courseulles-sur-Mer.

Et de trois! Après les projets de parcs éoliens marins de Saint-Nazaire et de Fécamp, au tour de celui de Courseulles-sur-Mer (Calvados) de recevoir l’onction judiciaire.

Lundi 2 octobre, la cour d’appel de Nantes, seule habilitée en France à statuer, en premier et dernier ressort, sur les litiges relatifs aux installations de production d'énergie renouvelable en mer, a validé le projet porté par EDF EN.

75 éoliennes de 8 MW

La requête avait été déposée durant l’été 2016 par plusieurs associations environnementalistes et de défense du littoral. Certaines ONG voient dans la construction d’un parc de 75 éoliennes de 8 mégawatts (MW) la dénaturation du site des plages du débarquement, pour lequel une demande de classement de l’Unesco est engagée.

L'avocat des associations requérantes, Francis Monamy, avait souligné lors de l'audience la spécificité du parc de Courseulles-sur-Mer, et notamment les risques liés à la présence dans les fonds marins de «très nombreuses mines et bombes» datant de la Seconde guerre mondiale.

Les juges, dont les motivations n'étaient pas connues lundi, ont suivi les préconisations du rapporteur public, qui avait conclu le 15 septembre au rejet du recours.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus