La justice confirme l’extension du port de La Rochelle

Le 07 novembre 2011 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’association Robin des bois n’a finalement pas été entendue par le tribunal administratif de Poitiers. Alors qu’elle demandait l’arrêt des travaux d’extension du port de plaisance des Minimes, à La Rochelle, à cause des risques de submersion, les juges ont confirmé, dans un arrêt du 4 novembre, la légalité de l’autorisation accordée par le préfet de Charente-Maritime en mai 2010.

 
Selon les juges, l’étude d’impact intégrée à l’enquête publique de 2007 a pris en compte les risques, même exceptionnels, de submersion. Les juges n’ont toutefois pas donné raison à la commune de La Rochelle qui demandait à Robin des bois le remboursement de 3.000 euros engagés pour les frais de procédure.
 
L’association a affirmé dans un communiqué du 4 novembre qu’elle allait toutefois poursuivre sa campagne contre l’extension, sans préciser sa position au plan judiciaire. «Nous persistons à considérer que la modification de la courantologie, de la bathymétrie, de la sédimentologie, de l’agitation induites dans la baie de la Rochelle par cette nouvelle emprise portuaire vont générer des risques mal appréciés de submersion et d’inondation de la ville basse de la Rochelle», est-il indiqué.
 
Selon elle, les tempêtes de 1987, 1999 et 2010 ont marqué le territoire, avec des dommages de plus en plus importants, qui impliquent la réalisation de stress tests pour protéger la sécurité des populations, assurer la fiabilité des installations industrielles et sauvegarder le patrimoine historique.

Enfin, l’association reste attentive aux effets possibles de l’immersion des boues de dragage sur l’état sanitaire des ressources halieutiques.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus