La justice américaine prend le climat au sérieux

Le 21 mars 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bientôt, un paysage de derricks ?
Bientôt, un paysage de derricks ?
US Forest Service

Des associations veulent fermer l’accès des terres fédérales aux compagnies pétrolières et gazières.

 

C’est une décision qui pourrait entraver le développement de la prospection pétrolière aux Etats-Unis. Depuis des décennies, le gouvernement fédéral vend aux enchères aux compagnies pétrolières et gazières des permis de recherche d’hydrocarbures sur les terres fédérales.

Une pratique qui avait été fortement réduite par l’administration de Barack Obama. Mais qui connaît une inflation sans précédent depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison blanche. En 2018, 500.000 hectares de terres fédérales ont ainsi été ouverts aux foreuses: soit 6 fois plus qu’en 2016.

4 dollars l'hectare

Sans le moindre égard pour les espaces naturels protégés, l’accès de ces terrains est souvent bradé. La mise à prix d’un hectare, situé à proximité de la forêt fédérale (et protégée) de Bighorn dans le Wyoming, était fixée à 4 dollars (3,5 €) par le Bureau de gestion des terres fédérales (BLM). De quoi attirer bien des chasseurs d’or noir.

La justice pourrait mettre un terme à cette course effrénée à l’huile et aux précieuses molécules. Mardi 19 mars, un juge fédéral de Washington a bloqué l’ouverture de 121.000 nouveaux ha dans les Etats du Wyoming, de l’Utah et du Colorado. Impossible pour le juge Rudolph Contreras de laisser les derricks s’installer sans la moindre étude d’impact climatique.

des terres pétrolifères

La loi sur la protection de l’environnement (Nepa) exige que l’on évalue la contribution au renforcement de l’effet de serre de chaque installation industrielle. Dans le cas présent, il s’agit de quantifier les émissions de GES de chaque forage, de l’exploration à la fin de la production. Compliqué.

Cette première judiciaire aura des suites. Les associations[1] qui ont attaqué la décision du BLM entendent s’en servir pour faire annuler l’attribution d’autres terrains fédéraux. Un peu plus de 10.000 km2 de terres fédérales sont ouvertes à l’exploration et à la production d’hydrocarbures. On y produit déjà le quart du pétrole américain et 13% du gaz.



[1] WildEarth Guardians, Physicians for Social Responsibility, Western Environmental Law Center.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus