La hausse du niveau de la mer s’accélère

Le 13 février 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La hausse s'accélère depuis 25 ans
La hausse s'accélère depuis 25 ans

La fonte des glaces du Groenland et de l’Antarctique accélère la hausse du niveau des océans, alerte une étude publiée le 12 février dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (Pnas).

 

 

Réalisés par des chercheurs de l’université de Boulder (Etats-Unis), ces travaux se sont basés sur des données satellitaires enregistrées au cours des 25 dernières années.

 

Réchauffement des eaux

La hausse du niveau de la mer de 3 millimètres en moyenne, par an, était déjà établie. Elle est confirmée par cette étude qui relève 7,5 centimètres de plus depuis 1993. Autre fait connu: elle est due à la dilatation thermique, provoquée par l’accroissement des émissions de gaz à effet de serre, à hauteur de 55%.

 

Accélération

«La nouveauté de cette étude, c’est de montrer l’accélération du phénomène depuis 25 ans», explique au JDLE Laurent Bopp, directeur de recherche au CNRS. «Ce résultat a été obtenu en nettoyant le signal satellitaire de toutes les variabilités naturelles, comme les éruptions volcaniques et El Nino», poursuit-il. Résultat: une hausse supplémentaire d’environ 0,07 mm/an en moyenne s’est ajoutée à la hausse moyenne. Ce qui amène les scientifiques à conclure que le niveau des océans pourrait s’élever de 10 mm/an d’ici 2100 au lieu de 3 mm. Soit une progression trois fois plus importante. A ce rythme, les dommages pour les villes côtières seront gigantesques.

 

Fonte des glaces

Deuxième conclusion: la cause de cette amplification est désormais due à la fonte des calottes glaciaires. «Cette accélération est principalement due à l’accélération de la fonte des glaces du Groenland et de l’Antarctique», explique le professeur Steven Nerem, auteur principal de l’étude. «Elle peut potentiellement doubler la hausse du niveau des océans d’ici 2100, en comparaison avec les projections qui partaient du principe que la hausse serait constante. Et c’est une estimation prudente», ajoute-t-il. Le niveau de la mer ne grimperait plus, en moyenne, de 30 cm mais de 65 cm en 2100.

Dans son 5e rapport d’évaluation publié entre 2013 et 2014, le Giec[1] estimait que le niveau des océans pourrait monter de 26 à 82 cm en 2100. Une hausse d’environ 65 cm correspond donc au scénario RCP 8.5. «Cette hausse pourrait être encore plus forte car il reste beaucoup d’incertitudes quant aux réactions du Groenland et de l’Antarctique. Et les prévisions du Giec s’avèrent très conservatrices», conclut Laurent Bopp.

 



[1] Giec: Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus