La guerre du maquereau a commencé

Le 11 août 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

On croyait ce temps révolu. Celui où, unilatéralement, un pays européen pouvait interdire aux bateaux battant pavillon étranger l’accès à ses zones de pêche. Et pourtant. Une nouvelle guerre de la pêche pourrait reprendre, près de trois décennies après celle qui opposa longuement le Royaume-Uni et l’Allemagne fédérale à l’Islande.


Cette fois, ce n’est pas le cabillaud qui fait s’écharper les hommes de mer, mais le maquereau. Ruinée par la crise financière, l’Islande entend se refaire une santé sur le dos rayé des scombridés. Pour ce faire, elle ne cesse d’augmenter, unilatéralement, ses quotas de pêche, au mépris des recommandations des scientifiques. Et des accords passés avec l’Europe.


Cette année, les pêcheurs de Reykjavik prévoient de ramener 115.000 tonnes de maquereaux dans leurs filets. Pour ne pas être en reste, la Finlande a dopé ses quotas, tout comme les minuscules îles Féroé, territoire autonome danois. Au total, les pêcheurs européens devraient prélever, cette année, 772.000 tonnes de maquereaux, chinchards et autres thazards, soit 35 % de plus que suggéré par le Conseil international pour l’exploration de la mer.  


Cette surenchère met en transes la Commissaire européenne aux affaires maritimes et à la pêche, Maria Damanaki. Dans un communiqué publié lundi 9 août, la Commissaire grecque s’émeut de voir les pêcheurs féroïens s’octroyer un quota trois fois supérieur (85.000 tonnes, soit deux tonnes de maquereaux par habitant !) à celui prévu par les accords entre la Norvège, les Féroé et l’Union européenne, signés en 1999.


Pour Bruxelles, la décision des Islandais et des Iliens enterre toute coopération avec l’Union européenne et met en danger la gestion du stock de maquereaux, qualifiée d’exemplaire par nombre de scientifiques. L’exécutif européen réfléchit d’ailleurs à des représailles : mesures commerciales, rupture de tous les accords avec l’UE. Bruxelles pourrait même faire traîner les discussions portant sur l’adhésion de l’Islande.


Sur le terrain, les relations entre pêcheurs se détériorent. Comme l’indique The Independent, des pêcheurs écossais ont par la force empêché, la semaine passée, un chalutier islandais de débarquer 900 tonnes de maquereaux à la criée de Peterhead. Depuis quelques semaines, les chalutiers islandais et féroïens sont officiellement non grata dans les ports norvégiens. Et ça n’est qu’un début.


Pendant ce temps, les stocks de maquereaux déclinent, lentement, mais sûrement.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus