La graisse, avant tout une question de calories

Le 11 janvier 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

C’est la quantité de calories qui est responsable de la prise de masse graisseuse, et non celle de protéines, selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).
 
Pour l’équipe de Leanne Redman, du Pennington Biomedical Research Center de Baton Rouge (Louisiane), l’hypothèse de départ était celle d’une moindre efficacité métabolique de régimes déséquilibrés en protéines, soit appauvris soit enrichis, et donc d’une prise moins importante de masse graisseuse.
 
Rien de cela ne s’est produit lors de l’étude qu’ils ont menée sur 25 adultes. L’objet de cet essai de 8 semaines était d’administrer à ces participants une ration calorique quotidienne de 40% supérieure à celle nécessaire. Mais en recourant à des régimes différant par leur proportion de protéines: faible (5%), normale (15%) ou élevée (25%).
 
Or la prise de masse graisseuse était la même dans les trois groupes, aux alentours de 3,5 kilogrammes. La masse maigre augmentait en revanche moins fortement avec le régime appauvri en protéines, ce qui résultait en une moindre prise globale de poids.
 
«Le résultat-clé de cette étude, c’est qu’en termes de masse graisseuse, les calories sont plus importantes que les protéines lors d’un apport énergétique excessif», commentent les chercheurs. Ce qui ne va pas dans le sens de la méthode Dukan, qui repose justement sur un régime hyperprotéiné, et dont de nombreux experts critiquent l’absence de résultats à long terme.
 
Mais pour Zhaoping Li et David Heber, du Center for Human Nutrition de Los Angeles (Californie), l’inquiétude vient avant tout des alimentations faiblement protéinées. «Du fait que ce régime accroît le risque de surnutrition par l’accumulation de graisses au-delà de celle détectée par l’indice de masse corporelle [1], (…) l’ampleur de l’épidémie actuelle d’obésité pourrait avoir été sous-estimée», avancent-ils dans un éditorial.
 
[1] L’indice de masse corporelle (IMC) ne se calcule qu’en fonction du poids et de la taille. Le surpoids est caractérisé au-dessus de 25 kg/m2, l’obésité au-dessus de 30 kg/m2.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus