La géothermie remonte en température en Île-de-France

Le 24 avril 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les foreuses vont devoir descendre jusqu'à 1.600 mètres de profondeur
Les foreuses vont devoir descendre jusqu'à 1.600 mètres de profondeur
Crédit : BRGM

Valoriser la chaleur du sous-sol n’est pas une nouveauté dans la région capitale. Depuis un demi siècle, la célèbre Maison de la radio se chauffe aux calories souterraines. Plus récemment, Aéroports de Paris a mis en service un système de utilisant la chaleur de la nappe d’eau chaude du Dogger (située à 1.700 m de profondeur) pour chauffer la plus grande partie de l’aérogare d’Orly.

C’est cette même chaleur qu’entend exploiter le syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l’électricité et les réseaux de communication (Sipperec). Deux communes franciliennes, Arcueil et Gentilly (92) ont transféré au syndicat leur compétence pour exploiter le potentiel géothermique de leur sous-sol.

Les études de faisabilité ayant été concluantes, le Sipperec a attribué, le 28 mars dernier, une délégation de service public à Cofely Réseaux Île-de-France pour la réalisation d’une centrale à géothermie et d’un réseau de chauffage urbain collectif, long de 13 km.

Dès octobre, les travaux de forage des deux puits du doublet (l’un pour l’extraction de l’eau chaude, l‘autre pour l’injection) vont débuter dans un quartier pavillonnaire d’Arcueil. La construction du réseau de chaleur doit commencer en mai 2014. L’objectif étant d’inaugurer la centrale (qui comprendra une pompe à chaleur de 12 MW et 3 chaudières d’appoint au gaz de 6 MW unitaire) et le réseau en juin 2015.

Au total, cette installation devrait pourvoir aux besoins de chauffage de 10.000 équivalent-logements. Son coût est estimé à 32,2 millions d’euros. Cofely devra, en outre, investir 8,5 millions d’euros pour l’entretien et le renouvellement des installations durant les 30 ans de sa concession. La Région et l’Ademe, via son fonds chaleur, devraient subventionner l’installation.

En 2011, Dalkia (fililale d’EDF) a mis en service une centrale géothermique chauffant 5.000 ménages de Seine-et-Marne, également avec la chaleur du Dogger.

33 installations de géothermie sont en service en Île-de-France. L’Ademe et le Conseil régional espèrent doubler ce chiffre d’ici à 2020.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus