La Géorgie du Sud déclare la mort aux rats

Le 15 mars 2010 par Valéry Laramée de Tanenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A quelques (longues) encablures des célèbres îles Malouines, l’Ecosse prépare une nouvelle guerre. L’université écossaise de Dundee vient d’embaucher le professeur Tony Martin, un célèbre naturaliste. Sa mission est d’éradiquer la prolifique population de surmulots (Rattus norvegicus), qui dévaste les nids des colonies d’oiseaux des îles de la Géorgie du Sud.

Dans quelques semaines, le scientifique s’embarquera pour un voyage de plusieurs milliers de kilomètres vers ces poussières d’empire britannique, situées à mi-chemin entre l’Antarctique et l’Argentine. Comptant une dizaine d’îles, l’archipel serait un véritable paradis pour les oiseaux marins s’il n’était peuplé de centaines de milliers de rats. Redoutables prédateurs, les rongeurs menacent certaines espèces, tel le pipit de Géorgie du Sud (Anthus antarcticus). Le gouvernement de Géorgie du Sud a donc mandaté l’université de Dundee pour coordonner l’éradication des rats. Si le temps le permet, des appâts devraient être largués par hélicoptères, début 2011. Créés pour l’occasion, ils empoisonneront les rats noirs tout en les rendant photophobes. Les rats se cacheront dans leur trou pour mourir, ce qui évitera aux oiseaux carnivores de se repaître de leur dépouille.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus