La fronde des parcs régionaux contre le TGV Est

Le 29 avril 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
TGV
TGV
«Si nous lâchons ici, nous lâcherons ailleurs», a indiqué, le 26 avril, le président de la Fédération des parcs régionaux, Jean-Louis Joseph. A la tête du combat contre le passage du TGV Est, le parc régional de la Montagne de Reims bénéficie aujourd’hui du soutien des 43 autres parcs naturels régionaux français. Une partie du tracé du TGV (4 km, soit 10 pylônes d'une hauteur moyenne de 40 m de hauteur) doit en effet traverser la vallée de l'Ardre, considérée comme l’un des « fleurons paysagers » du parc. La fronde contre le projet ferroviaire n’est pas nouvelle puisque la présidente du parc naturel régional de la Montagne de Reims, Françoise Férat, également sénatrice UDF de la Marne, avait démissionné de son poste, en septembre dernier, à la suite du feu vert accordé au tracé par le ministère de l’Industrie. Les élus, les associations et les habitants mobilisés contre le passage de la ligne électrique réclament son enfouissement. Ils ont décidé de déposer un recours suspensif le jour où les travaux débuteront, ce qui risque de retarder le chantier du TGV Est, dont l'ouverture est prévue en juin 2007.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus