La France traite mal ses oiseaux

Le 27 mai 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
26% des oiseaux nicheurs de France métropolitaine sont menacés de disparition, soit un sur quatre, ainsi que plusieurs espèces migratrices. Une situation très préoccupante pour le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d’histoire naturelle qui ont publié le 26 mai un état des lieux inédit.
 
La France abrite pas moins de 568 espèces d’oiseaux. Mais la proportion d’espèces menacées y est beaucoup plus élevée que dans le reste du monde[1]. «Les principales pressions responsables de leur déclin sont l’intensification des pratiques agricoles, l’urbanisation et le drainage des zones humides, entraînant notamment la régression des bocages et des prairies naturelles», rapportent les auteurs de la Liste rouge nationale des espèces menacées et leurs partenaires[2].
 
Parmi les exemples d’oiseaux en danger figure le râle des genêts, qui niche au sol et se reconnaît à son cri nocturne («crex crex») qui lui a donné son nom scientifique. Il est depuis des années victime de l'agriculture intensive, qui fauche les prés pendant la nidification. Résultat, une perte de 50% de ses effectifs en 10 ans. «La pie-grièche à poitrine rose est un autre exemple d’espèce extrêmement rare qui risque de disparaître de France. Classée ’En danger critique‘, elle ne compte plus aujourd’hui que 30 à 40 couples sur notre territoire».
 
Le milan royal (Milvus milvus) que l’on identifie par sa longue queue rousse échancrée était considéré comme une espèce commune en France il y a une vingtaine d’années. Il est aujourd’hui protégé, mais encore souvent victime d’empoisonnement par des appâts toxiques. La LPO coordonne un plan national de restauration en faveur de cette espèce, piloté par le ministère en charge de l’écologie. «Avec 2.650 couples nicheurs, la France abrite désormais la deuxième population mondiale de milans royaux après l’Allemagne. Notre pays assume donc une lourde responsabilité dans la conservation de ce rapace nécrophage, présent uniquement en Europe», précise l’association.
 
Côté marin, le pingouin torda (Alca torda) et le macareux moine (Fratercula arctica) qui vivent en colonie sont menacés par les pollutions dues aux hydrocarbures et la réduction des ressources alimentaires liée au changement climatique.
 
Au moins 15 espèces d’oiseaux migrateurs sont menacées. «Parmi ces espèces, on peut citer le Phragmite aquatique, petit migrateur classé “Vulnérable”, victime de la dégradation des milieux humides qui affecte ses haltes migratoires».

 

Les associations recommandent la réduction des pressions et le renforcement des actions pour protéger l’ensemble de ces espèces menacées. 



[1] où 12% des espèces d’oiseaux sont menacées d’extinction
[2] LPO (Ligue pour la protection des oiseaux), la SEOF (Société d’études ornithologiques de France) et l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage).


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus