La France subit une marée noire fossile

Le 11 février 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une épave est à l'origine de la pollution du littoral atlantique par des galettes d'hydrocarbures
Une épave est à l'origine de la pollution du littoral atlantique par des galettes d'hydrocarbures

Les boulettes d’hydrocarbures découvertes sur le littoral atlantique depuis le 5 février ne proviennent pas de dégazages récents mais d’épaves en mer. Tels sont les premiers résultats des analyses menées par le Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre).

Contrairement aux collectivités, qui privilégiaient la thèse de dégazages au large –fréquents par gros temps-, «le Cedre estime que les hydrocarbures en cause proviennent de fonds anciens», affirme ce 11 février la préfecture de Loire-Atlantique, l’un des trois départements les plus touchés avec le Morbihan et la Vendée.

 

L’origine des épaves devrait être précisée dans les prochains jours, une fois que le Cedre aura passé en revue tous les échantillons de sa vaste base de données d’hydrocarbures. Plusieurs spécialistes du littoral, comme la Ligue de protection des oiseaux (LPO) ou l’association Robin des bois, ne seraient pas étonnés qu’il s’agisse de remontées de l’Erika, 15 ans après le naufrage du vieux pétrolier au large de la Bretagne.

 

«Cette situation nous rappelle que l’épave de l’Erika devait faire l’objet d’une surveillance annuelle. Mais les comptes rendus de la Marine nationale sont basés sur des données aériennes et aucune donnée sous-marine», précise au JDLE Jacky Bonnemains, président de l’association Robin des bois. Il peut toutefois s’agir d’autres navires puisque 8.569 épaves potentiellement polluantes, dont 1.583 pétroliers, se trouvent le long des côtes françaises, selon le Cedre.

 

 

Fonds Polmar mobilisé au cas par cas

 

Sur le conseil des préfectures de Loire-Atlantique et de Vendée, de nombreuses communes ont pris des arrêtés de fermeture des plages. Leurs services techniques procèdent actuellement au nettoyage des galettes d’hydrocarbures, avec le soutien des sapeurs-pompiers, et des services de l’Etat (directions départementales des territoires et de la mer –DDTM- et délégations à la mer et au littoral –DML). L’Agence régionale de santé des Pays-de-la-Loire a par ailleurs recommandé de ne pas manipuler les hydrocarbures.

 

L’origine des boulettes ne va pas faciliter l’indemnisation des collectivités touchées, qui ont porté plainte le 10 février afin que le responsable de cette pollution soit identifié. Le ministre de l’écologie Philippe Martin a toutefois déclaré que le fonds Polmar pourrait être activé, au cas par cas et sur présentation de justificatifs, même si le plan d’intervention Polmar n’a pas été activé.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus