La France fait feu de tout bois

Le 16 octobre 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) n’est pas toujours prolixe en superlatifs. Mais, avec le programme bois-énergie, l’Ademe s’exprime!. Il faut avouer que le bilan est effectivement «très positif».

Lancé en 2000, ce programme piloté par l'Agence visait à «rationaliser et moderniser le chauffage au bois», avec une ambition: l'installation de 1.000 chaudières à bois sur le territoire national (400 dans le secteur industriel, 600 dans l'urbain et le collectif) «afin d'économiser jusqu'à 300.000 tep (tonnes équivalent pétrole) par an, réduire de 700.000 tonnes les émissions de CO2 et créer jusqu'à un millier d'emplois durables». Objectif largement dépassé en termes de capacité, puisque, c'est 1.400 chaufferies collectives et tertiaires et 480 équipements industriels qui auront été financés par l'Ademe et les régions en 2005.

Depuis le lancement du programme, le nombre de chaufferies ainsi financées aura été multiplié par 5. Un parc qui, fin 2006, représentera 670 mégawatts (MW) thermiques installés. Objectif dépassé aussi côté professionnalisation de ce qui est devenu une véritable «filière, structurée, profitable et industrialisée». L'Agence signale en effet que désormais «plus de 60 sociétés» organisent et livrent du bois combustible, et «plus de 300 organisations institutionnelles et professionnelles» interviennent sur ce marché.

Un bémol à ce vent d'optimisme: «Le coût d'installation des chaufferies urbaines ou collectives reste 3 à 4 fois supérieur à celui d'une chaufferie au gaz ou au fioul». C'est pourquoi l'Agence entend bien poursuivre son soutien aux «maîtres d'ouvrage jusqu'à ce que la filière soit totalement autonome». Une aide à l'investissement nécessaire car, explique l'Ademe, «les économies réalisées sur l'achat du combustible ne suffisent pas à équilibrer le surcoût d'investissement».

La loi de programme et d'orientation sur l'énergie fixe un objectif de progression de 50% de la contribution des énergies renouvelables à la production de chaleur en France en 2010, avec un accompagnement en termes de crédits d'impôts, d'appels d'offres pour la valorisation de la chaleur, de réduction de la TVA sur les réseaux de chaleur, le Premier ministre a annoncé, le 4 octobre dernier, un doublement des crédits de l'Agence en faveur de la chaleur renouvelable, soit 20 millions d'euros supplémentaires par an. Nouvelle ambition: doubler les résultats annuels du Plan bois énergie.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus