La France électrique passera bien l’hiver

Le 07 novembre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Cet hiver, la capacité de production française sera inférieure de 2.400 MW à celle de 2013.
Cet hiver, la capacité de production française sera inférieure de 2.400 MW à celle de 2013.
DR

Contrairement à la Belgique, la France ne doit pas craindre un black-out, même en cas d’hiver rigoureux. Tel est le message délivré ce vendredi 7 novembre par RTE.

Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité prévoit que l’équilibre entre l’offre et la demande de courant sera assuré, cet hiver, en dépit de «marges plus faibles que l’hiver dernier». Ces derniers mois, EDF a définitivement arrêté l’exploitation de centrales au fioul et au charbon qui ne répondent plus aux normes de la directive sur les grandes installations de combustion. Par ailleurs, des réacteurs seront indisponibles ces prochains mois. Au total, le parc hexagonal affichera une capacité de production inférieure de 2.400 mégawatts électriques à celle de l’an passé à pareille époque.

+ 2.300 MW par degré de froid

Ce moindre productible, auquel s’ajoute une légère hausse des pointes de consommation, ne devrait pas causer de problème insurmontable à RTE. Pour cet hiver, «la pointe de consommation est estimée à 84.800 MW». Bien en deçà du pic historique du 8 février 2012, où les Français avaient soutiré 102.100 MWe, à 19 h. Si l’hiver s’avérait plus rigoureux que prévu, les besoins seraient évidemment plus importants. Une baisse de 1°C de la température moyenne peut entraîner un accroissement de demande de 2.300 MW, à la pointe de 19 h.

Gare à l’éclipse

De même, en cas de grande vague de froid, qui se traduirait par des températures inférieures de 6° à 8° aux normales saisonnières (comme en février 2012), la France pourrait importer jusqu’à 4.300 MW à la fin janvier et solliciter l’effacement de sites industriels (2.600 MWe au maximum).

Seule réelle nouveauté d’une année sur l’autre: la survenue d’une éclipse partielle de soleil, le 20 mars prochain. «Le passage de cette zone de pénombre va réduire considérablement la production photovoltaïque», explique le président du directoire de RTE, Dominique Maillard.

Marginal en cas de temps nuageux, le creux de production pourrait atteindre 30.000 mégawatts crête à l'échelle continentale en cas de journée ensoleillée, a-t-il ajouté. «Il faudra donc s'assurer que des moyens de production sont disponibles pour prendre le relais.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus