La France doit sauver son grand hamster d’Alsace

Le 21 janvier 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon l’avocat général de la Cour de justice européenne, la France n’a pas pris de mesures suffisantes pour protéger le grand hamster d'Alsace, un des mammifères les plus menacés d’Europe, rapporte l’AFP le 21 janvier.

Il n’en restait plus que 160 en 2007, dans le département du Bas-Rhin, près de Strasbourg. Le grand hamster d'Alsace (Cricetus Cricetus), également connu sous le nom de « marmotte de Strasbourg », disparaît aujourd’hui inéluctablement. Classé en espèce nuisible en 1937, il est aujourd’hui victime de la monoculture et de l'urbanisation qui détruit son milieu naturel.

Le mammifère[1] est protégé par la convention de Berne (1990) dans 32 pays dont la France. Il fait également partie des « espèces animales et végétales d’intérêt communautaire qui nécessitent une protection stricte » dans le cadre de la directive Habitats de 1992, mise en application en France par instruction aux préfets le 21 janvier 1993. Enfin, il est également protégé en France par un arrêté ministériel sur les mammifères (de 1981 et plusieurs fois modifié depuis), au même titre que le loup, le lynx et l’ours.

Mais la régression des surfaces de céréales et de fourrages comme la luzerne, dont il se nourrit, remplacées par une culture du maïs intensive (qui atteint 70 à 80 % en plaine d'Alsace) fortement imprégnée de phytosanitaires, a précipité le déclin de l’espèce.

Un premier plan de sauvegarde a été mis en place pour la période 2000-2004. S’il a permis à la population agricole de mieux comprendre ses responsabilités[2], le rongeur n’a pas réussi à atteindre un seuil de population viable, selon un bilan réalisé par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Il lui faut pour cela un espace de 240.000 hectares au moins, or il bénéficie seulement d’un territoire protégé de 3.490 ha.

Le second plan de protection couvre la période 2007-2011. Il concentre les efforts sur des zones ciblées (soutien financier aux cultures de luzerne par exemple), et vise la conservation de la souche génétique alsacienne pour procéder à des renforcements de populations. Des programmes de recherche en partenariat avec l'étranger sont également lancés.

La Commission européenne avait transmis une plainte fin juin 2009 contre la France. Juliane Kokott, l’avocat général, estime que les mesures agro-environnementales prises pour protéger le grand hamster sont incomplètes. La Cour de justice européenne, si elle suit son avis, peut condamner la France à payer plusieurs millions d’euros d’amende.



[1] Plus grand que le hamster doré de compagnie, car il mesure de 20 à 30 cm de long

[2] En fonction de l’importance des dommages et du nombre de terriers dans la parcelle, deux alternatives sont proposées aux exploitants : une compensation financière ou la capture des animaux.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus